Réalisation non conforme d’un essai périodique lors des opérations de redémarrage

Publié le 23/12/2010

Centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 16 décembre 2010, alors que le réacteur n° 2 de la centrale de Belleville est en cours de redémarrage après son arrêt programmé pour maintenance, l’exploitant a détecté que des relevés de mesures effectuées pendant un essai périodique sur l’ébulliomètre étaient non conformes. Ces mesures, réalisées le 7 décembre 2010 alors que le réacteur était en arrêt pour intervention (API), n’ont pas été effectuées dans les conditions définies par la règle d’essai.

L’ébulliomètre permet de mesurer le niveau d’eau dans la cuve, ainsi que l’écart entre la température de l’eau dans la cuve et sa température d’ébullition à la pression correspondante. Ces deux paramètres sont nécessaires pour la conduite post-accidentelle du réacteur.

L’ébulliomètre a été déclaré indisponible le 16 décembre à 19h00. Le repli du réacteur a été engagé à 19h46 conformément aux règles générales d’exploitation (RGE). Une partie des mesures de l’essai concerné ont été renouvelées alors que le réacteur était en arrêt normal sur le circuit de refroidissement à l’arrêt (AN/RRA) et non en API tel que requis par la règle de l’essai. Sur la base des résultats de ces mesures, l’exploitant a estimé que l’ébulliomètre était disponible et le repli a été interrompu.

Cependant, une analyse approfondie, menée par l’ASN et EDF dans la journée du 17 décembre 2010, a révélé que les mesures complémentaires réalisées dans la nuit du 16 au 17 décembre ne permettaient pas de valider l’essai périodique. Le repli du réacteur a par conséquent été de nouveau engagé à 15h55 et les essais ont été renouvelés le 18 décembre dans les conditions prévues par la règle d’essai. L’ébulliomètre a alors été déclaré disponible et l’exploitant a repris les opérations de redémarrage du réacteur.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur la sûreté de l’installation ni sur l’environnement. Toutefois, compte tenu du traitement tardif de cet écart à la règle d’essai, il a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie