Réacteur n° 3 Indisponibilité d'une partie auxiliaire du système de sauvegarde d'aspersion d'eau dans l'enceinte du bâtiment réacteur.

Publié le 27/09/2005

Centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 19 septembre 2005, lors de la réalisation des essais avant redémarrage du réacteur n° 3 de la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly suite à l'arrêt pour maintenance et rechargement de combustible, l'exploitant a découvert le non-respect d'un critère de débit sur le système d'injection de soude du système de sauvegarde de l'aspersion d'eau dans l'enceinte du bâtiment réacteur.

Après analyse, l'exploitant a mis en évidence un montage inapproprié de la motorisation de 2 vannes. Celles-ci manoeuvraient correctement mais étaient vues fermées lorsqu'elles étaient ouvertes et inversement.

Ces écarts ont conduit à l'indisponibilité totale du système d'injection de soude requis, notamment en cas d'accident après redémarrage du réacteur.

En effet, ce système a pour rôle, en cas de fuite du circuit primaire, de neutraliser l'acide borique, répandu dans le bâtiment, afin d'éviter l'apparition de phénomènes de corrosion des surfaces métalliques et d'améliorer les phénomènes de rabattement de l'iode à l'intérieur de l'enceinte du bâtiment réacteur.

Compte tenu de l'utilisation de procédures d'intervention inadaptées sur le matériel concerné ayant conduit à un défaut de mode commun, cet événement a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie