Les deux pompes redondantes d’un circuit de contrôle du circuit primaire principal ont dû être considérées comme indisponibles durant deux jours.

Publié le 11/09/2013

Centrale nucléaire de Civaux Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Le 4 septembre 2013, l’exploitant de la centrale nucléaire de Civaux a déclaré à l’ASN l’indisponibilité simultanée, pendant deux jours, de deux pompes redondantes du circuit de contrôle volumétrique et chimique du réacteur n° 1.

Le système de contrôle volumétrique et chimique (RCV) du circuit primaire principal participe à la maîtrise de la réactivité en permettant le réglage de la concentration en bore du réfrigérant primaire. Il contribue également au maintien du volume d’eau dans le circuit primaire de façon à pouvoir évacuer la puissance résiduelle pour assurer la sûreté du réacteur. Il dispose de deux pompes de charge, qui assurent la même fonction, les pompes RCV 171 PO et RCV 172 PO.

Depuis janvier 2003, les pompes RCV 172 PO des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Civaux présentent des défauts de démarrage automatique lorsqu’elles ont fonctionné plus de 10 jours et qu’elles sont réalimentées par un groupe électrogène de secours. Les diagnostics réalisés ont notamment mis en évidence un dysfonctionnement du circuit d’huile de graissage des pompes. Les différentes actions entreprises pour remédier à cette situation se sont révélées infructueuses. Pour pallier ce dysfonctionnement, une permutation systématique des pompes RCV 171 PO et RCV 172 PO a été intégrée dans le planning des activités. De plus, une consigne temporaire a été mise en place, demandant de considérer les pompes comme indisponibles pour assurer leur fonction lorsqu’elles ont fonctionné depuis plus de 10 jours. Par ailleurs, un nouveau réglage du circuit d’huile des pompes a été réalisé en 2013. Pour le réacteur n° 1, cette intervention a été réalisée le 3 juillet 2013 et la pompe a été remise en service le 11 juillet 2013.

Le 23 juillet 2013, des agents EDF ont constaté que la pompe RCV 172 PO du réacteur n° 1 fonctionnait depuis 12 jours et qu’elle aurait donc dû être considérée comme indisponible depuis 2 jours. Parallèlement, la pompe RCV 171 PO du même réacteur était arrêtée pour des opérations de maintenance depuis plusieurs jours. En cas d’indisponibilité des deux pompes, les règles générales d’exploitation demandent de replier le réacteur sous 8 heures en baissant la pression et la température du circuit primaire.

Dès la détection de cet écart, la pompe RCV 171 PO a été remise en service, ainsi l’exploitant n’a pas eu besoin de replier le réacteur. Par ailleurs, des essais menés sur la pompe RCV 172 PO du réacteur n° 1 ont montré que le problème du circuit d’huile n’était pas résolu, ce qui confirme que la permutation temporaire aurait dû être appliquée.

Dans la mesure où aucune situation n’a nécessité le redémarrage des pompes RCV à partir d’un des groupes électrogènes de secours, cet événement n’a pas eu de conséquence réelle sur le personnel, sur l’environnement et sur la sûreté de l’installation. Toutefois, compte tenu de la détection tardive de l’indisponibilité de la pompe RCV 172 PO du réacteur n° 1, il a été classé au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie