Non-respect des règles générales d’exploitation sur le réacteur 1

Publié le 11/09/2018

Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 29 août 2018, l’exploitant de la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement significatif pour la sûreté relatif à l’indisponibilité temporaire de la fonction borication sur le réacteur 1.

Pour contrôler la réaction nucléaire dans le cœur du réacteur, l’exploitant dispose de deux moyens principaux :

  • ajuster la concentration de bore dans l’eau du circuit primaire, le bore ayant la propriété d’absorber les neutrons produits par la réaction nucléaire ;
  • introduire les grappes de commande dans le cœur ou les en retirer ; ces grappes de commande contiennent des matériaux absorbant les neutrons.

Dans le cas où l’un de ces moyens n’est pas disponible, les règles générales d’exploitation imposent à l’exploitant d’arrêter le réacteur sous une heure.

Le 24 août 2018, l’exploitant réalise une opération de conduite sur le réacteur 1 en production. Lors de l’opération, une vanne du système permettant l’appoint en bore du circuit primaire est fermée alors qu’elle aurait dû rester ouverte. Cette manœuvre rend indisponible l’ajustement de la concentration en bore dans le circuit primaire, ce qui, selon les règles générales d’exploitation, exige d’engager la mise à l’arrêt du réacteur sous une heure.

A la suite de l’apparition d’une alarme, l’exploitant détecte l’écart 22 heures après et corrige immédiatement son erreur.

Cet évènement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement. Toutefois, compte tenu de la détection tardive de cet événement et du non-respect de la conduite à tenir prescrite par les règles générales d’exploitation, il a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie