Maintien du réacteur en puissance contrairement aux exigences des RGE

Publié le 25/08/2010

Centrale nucléaire de Flamanville Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 18 août 2010, alors que le réacteur était en production et confronté à une pollution de sodium dans les générateurs de vapeur, l'exploitant n’a pas amorcé le repli du réacteur sous une heure comme prescrit par les règles générales d'exploitation (RGE).

Les réacteurs à eau sous pression de 1300 MWe comportent quatre générateurs de vapeur (GV). Un générateur de vapeur est un échangeur thermique entre l'eau du circuit primaire, portée à haute température (320°C) et pression élevée (155 bar) dans le cœur du réacteur, et l'eau du circuit secondaire, qui se transforme en vapeur et alimente la turbine. Il comporte plusieurs milliers de tubes en forme de U renversé. Afin d'éviter la corrosion de ces tubes, il est mis en place un suivi permanent de la qualité de l'eau qui les alimente. Lorsque les caractéristiques chimiques du fluide sortent du domaine fixé par les RGE, l'exploitant doit effectuer une baisse de puissance rapide allant selon les cas, jusqu’au repli du réacteur.

Le 18 août 2010, une pollution de l'eau des GV a entraîné un dépassement de la concentration en sodium autorisée par les RGE. L'exploitant n'a pas replié le réacteur sous une heure comme prescrit par les RGE et a maintenu le réacteur en production. La concentration en sodium dans les GV est redevenu conforme aux RGE, environ 2 heures après.

Cet écart n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement. Toutefois, en raison du non-respect des RGE, il a été classé au niveau 1 de l’échelle internationale des événements nucléaires INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie