Indisponibilité de la turbopompe du circuit d’alimentation de secours en eau des générateurs de vapeur

Publié le 16/01/2015

Centrale nucléaire de Gravelines Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 14 janvier 2015, l’exploitant du centre nucléaire de production d’électricité (CNPE) de Gravelines a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à la non détection de l’indisponibilité de la turbopompe du circuit d’alimentation de secours en eau (ASG[1])des générateurs de vapeur (GV) du réacteur n° 6.

Le 15 novembre 2014, au cours du dernier arrêt pour maintenance et rechargement en combustible du réacteur n° 6, un essai périodique (EP) est réalisé afin de requalifier la turbopompe du circuit ASG à la suite d’opérations de maintenance.

A l’issue de cet essai, des paramètres relatifs aux coefficients de perte de charge et à l’équilibrage des lignes d’injection d’eau ne respectent pas les critères prescrits par les règles générales d’exploitation du réacteur. La procédure à suivre est alors de contrôler le respect d’un troisième critère relatif au débit. Ce dernier étant respecté, les intervenants concluent que les deux premiers critères le sont également. La turbopompe est alors considérée disponible.

Le 12 janvier 2015, alors que le réacteur est en fonctionnement depuis le 25 novembre 2014, le dossier d’intervention de l’EP réalisé en novembre 2014 est à nouveau examiné, dans le cadre de la planification du prochain essai de ce type. Le préparateur découvre alors que, contrairement à ce qu’indiquent les conclusions de l’essai, le respect du troisième critère de débit ne permet pas de valider le critère d’équilibrage des lignes d’injection d’eau.

Le fonctionnement de la turbopompe n’étant pas garanti, celle-ci a été déclarée indisponible du 15 novembre 2014 au 13 janvier 2015. En cas de perte totale des alimentations électriques, l’alimentation en eau des générateurs de vapeur n’était pas garantie, et donc le refroidissement du réacteur par ces équipements.

Dès la détection de cette indisponibilité, la puissance du réacteur a été amenée à un niveau permettant la remise en conformité de la turbopompe. 

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les travailleurs et l’environnement.

Cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES du fait de sa détection tardive.

 

  

[1] Le circuit d’alimentation de secours en eau des générateurs de vapeur (ASG) permet l’alimentation en eau des générateurs de vapeur (GV) lorsque que leur circuit d’alimentation principale en eau n’est pas disponible. Dans un réacteur du palier CPY, le circuit ASG comprend un ensemble de vannes, deux motopompes alimentées électriquement et une turbopompe alimentée par la vapeur produite par les GV.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie