Fonctionnement avec une ventilation perturbée

Publié le 19/05/2002

Usine de traitement d'éléments combustibles irradiés provenant des réacteurs nucléaires à eau ordinaire (UP3-A) Transformation de substances radioactives - Orano Cycle

Dans la nuit du 19 au 20 mai, l'atelier de compactage des coques ACC a conduit des opérations de séchage et de compactage sur des fûts de déchets, alors que, durant cinq heures, son système de ventilation était perturbé.

L'atelier ACC, récemment mis en service, procède actuellement à des essais. Il reçoit et conditionne des déchets métalliques provenant du combustible nucléaire retraité à La Hague. Ces déchets sont des embouts et des coques ayant été en contact avec la matière radioactive. Ils sont séchés, compactés par une presse hydraulique, puis conditionnés sous forme de galettes dans des colis permettant un entreposage sûr. Pour prévenir la dissémination de particules radioactives, ces opérations sont effectuées dans des locaux maintenus en dépression. Les gaz extraits par le système de ventilation sont traités et filtrés.

Le 19 mai vers 23h50, le démarrage d'un équipement de séchage a provoqué une hausse momentanée de la pression dans les locaux. Cette perturbation a provoqué l'ouverture d'une vanne de contournement, et mis en défaut le système de ventilation. Les documents de sûreté demandent alors d'interrompre les opérations de séchage et de compactage des déchets - ce qui a été fait automatiquement. Cependant, les agents présents en salle de commande n'ont pas correctement analysé la situation. Ils ont repris les opérations de séchage et de compactage, et la défaillance du système de ventilation n'a été corrigée que cinq heures après.

L'Autorité de sûreté nucléaire a procédé à une inspection dans l'atelier ACC le 24 mai 2002. Les inspecteurs ont interrogé les opérateurs et mené une analyse à chaud de l'événement. L'industriel leur a ensuite adressé un compte rendu détaillé le 28 juin 2002. Les observations des inspecteurs et le compte rendu montrent que les agents de conduite de l'atelier ACC, dans la période de démarrage, n'avaient pas encore reçu une formation complète sur la ventilation.

Cet incident n'a eu de conséquences ni sur l'environnement ni sur la santé des travailleurs ou du public. Néanmoins, en raison d'une lacune dans la formation des opérateurs, les ayant conduit à sortir du domaine de fonctionnement autorisé, cet événement est finalement classé au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires (INES).

 

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie