Dépassement de la durée de remise en conformité du système d’aspersion d’eau dans le bâtiment du réacteur.

Publié le 27/11/2009

Centrale nucléaire de Gravelines Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 14 novembre 2009, le réacteur N° 6 était en cours de redémarrage après le rechargement partiel du combustible et la réalisation des opérations de maintenance. Durant cette phase, un essai, portant sur l’un des circuits d’alimentation du système d’aspersion d’eau dans le bâtiment du réacteur, a montré que le niveau d’eau d’un puisard était insuffisant. Un appoint a été alors effectué.

Le 15 novembre 2009, l’analyse de la procédure utilisée pour la réalisation cet appoint en eau a conclu que le niveau d’eau dans le puisard était toujours insuffisant par rapport aux règles d’exploitation, risquant de rendre ce circuit d’alimentation inopérant. Un nouvel appoint en eau du puisard a été immédiatement réalisé, remettant en conformité le système d’aspersion. Cet écart a entrainé un non respect de la conduite à tenir fixée par les règles d’exploitation.

En cas de fuite importante d’eau du circuit primaire, accident improbable mais pris en compte dans l’analyse de sûreté, le système d’aspersion pulvérise de l’eau contenant de la soude dans le bâtiment du réacteur afin d’en diminuer la pression et la température, et d’éliminer l’iode radioactif. L’alimentation en eau de ce système est constituée par deux circuits indépendants qui récupère l’eau d’aspersion du bâtiment réacteur dans des puisards. La présence d’eau dans les puisards permet de garantir l’ouverture des vannes situées à l’aspiration des circuits.

Cet événement n’a eu aucune conséquence sur le personnel, ni sur l’environnement.

Compte tenu du dépassement du délai de remise en conformité du système d’aspersion, l'incident a été classé par l’exploitant au niveau 1 de l’échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie