Affectation des systèmes de surveillance et de protection des réacteurs du palier N4

Publié le 14/02/2000

Centrale nucléaire de Chooz B Réacteurs de 1450 MWe - EDF

A la suite des arrêts automatiques du réacteur de Chooz B2, engendrés par le système de protection du réacteur, le 14 février 2000 et le 4 avril 2000, EDF a mené des investigations pour identifier les origines de ces arrêts automatiques. Ces investigations ont révélé une erreur dans la programmation des systèmes de protection (SPIN) et de surveillance (US) du réacteur. Cette erreur affecte les réacteurs de Chooz et de Civaux, mais n'explique pas les arrêts automatiques.

Les systèmes SPIN et US des réacteurs du palier N4 gèrent un nombre important de données (plus de 10 000). Certaines d'entre elles sont mises à jour pendant le fonctionnement du réacteur, pour prendre en compte notamment l'usure du combustible.

L'implantation erronée de paramètres a conduit à une sous-estimation de la puissance dégagée par le combustible, lorsque le réacteur fonctionne avec des grappes de contrôle partiellement insérées dans le coeur.

Les paramètres erronés ont été corrigés dans les systèmes SPIN et US de l'ensemble des réacteurs du palier N4. L'erreur était due à un défaut de contrôle de la qualité de la documentation utilisée pour la programmation de ces systèmes. EDF poursuit ses investigations et a également mis en place un contrôle renforcé de la validité des données introduites périodiquement dans ces systèmes.

Cet incident n'a pas eu de conséquence sur la sûreté des installations concernées.

EDF a déclaré cet incident le 13 avril 2000 à l'Autorité de sûreté qui l'a classé au niveau 1 de l'échelle INES, car le défaut affecte les deux voies du système de protection des réacteurs.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie