Mise en œuvre tardive des dispositions prévues par les règles générales d’exploitation à la suite du franchissement d’une valeur limite de sûreté relative à l’hygrométrie dans une boîte à gants

Publié le 07/10/2013

Usine de traitement d'éléments combustibles irradiés provenant des réacteurs nucléaires à eau ordinaire (UP2-800) Transformation de substances radioactives - Orano Cycle

Le 9 septembre 2013, une alarme a signalé une valeur anormale de l’hygrométrie mesurée dans une boîte à gants de l’atelier R4. Quelques minutes plus tard, la valeur limite spécifiée dans les règles générales d’exploitation (RGE) de l’atelier a été atteinte sans que la conduite à tenir en pareille situation ne soit mise en œuvre. La valeur de l’hygrométrie a continué à augmenter jusqu’à ce que la situation ne soit détectée par l’exploitant trois heures après le déclenchement de l’alarme.

L’atelier R4 assure la purification du plutonium, sa conversion en poudre d’oxyde de plutonium et son conditionnement pour l’usine UP2-800. Cet atelier comporte une unité de calcination et de conditionnement de l’oxyde de plutonium dans des étuis en vue de leur entreposage. Dans cette unité, l’hygrométrie doit être limitée en vue d’éviter le risque de radiolyse1.

Le 9 septembre 2013, une opération technique a affecté l’étanchéité de deux boîtes à gants et a conduit à une arrivée d’air non séché dans ces boîtes à gants. L’alarme associée au capteur hygrométrique présent dans l’une de ces boîte à gants s’est alors déclenchée en salle de commande.

Des essais sur le système de détection incendie étaient alors en cours sur l’atelier R4, ce qui occasionnait le déclenchement de nombreuses alarmes au niveau des postes de conduite. L’équipe de conduite n’a pas distingué l’alarme de la sonde hygrométrique parmi ces nombreuses alarmes. Les opérations de remplissage des étuis avec la poudre d’oxyde de plutonium se sont donc poursuivies malgré le déclenchement de l’alarme. Or, les règles générales d’exploitation de l’atelier R4 précisent qu’en cas de dépassement de l’hygrométrie dans les boîtes à gants de l’unité, les opérations de conditionnement de l’oxyde de plutonium doivent être suspendues.

Trois heures plus tard, l’exploitant a identifié que l’alarme de la sonde hygrométrique s’était déclenchée. La production a alors été suspendue. L’hygrométrie a été rétablie dans la plage normale de fonctionnement plus de quatre heures après que la valeur limite fixée par les RGE a été dépassée.

Cet événement n’a pas eu d’incidence sur le personnel ni sur l’environnement. Le confinement des matières radioactives a été assuré. Cependant en raison du franchissement d’une valeur limite de sûreté et de la mise en œuvre tardive des dispositions prévues par les règles générales d’exploitation de l’atelier, cet évènement a été classé par l’ASN au niveau 1 de l’échelle INES.


1. Radiolyse de l’eau : décomposition de l’eau par des rayonnements ionisants avec dégagement d’hydrogène, qui peut entraîner un risque d’explosion

Date de la dernière mise à jour : 24/01/2014