Contamination d’un travailleur en médecine nucléaire au Centre Hospitalier Universitaire d'Angers (Angers, Maine et Loire)

Publié le 20/01/2011

Chu d'Angers 49000 Angers

Le 22 septembre 2010, un travailleur du service de médecine nucléaire au CHU d’Angers a été contaminé au cours d’une opération de préparation d’un médicament à partir d’une solution contenant de l’iode 131 radioactif.

Le CHU d’Angers est autorisé à détenir et utiliser des radionucléides en sources non scellées dans son unité de médecine nucléaire. Il procède, dans ce cadre, à l’administration d’iode 131 pour le traitement de pathologies thyroïdiennes.

L’événement a été mis en évidence, en sortie de zone réglementée, lors du contrôle d’absence de contamination des personnels. La personne contaminée a été immédiatement prise en charge par la personne compétente en radioprotection du CHU.

Des actions immédiates ont été prises pour limiter la fixation à la thyroïde de la contamination. La personne concernée fait l'objet d’un suivi médical personnalisé assuré par la médecine du travail et a été affectée à un nouveau poste de travail sans risque d’exposition aux rayonnements ionisants.

Contrairement à l’irradiation externe mesurable à l’aide de dosimètres individuels, la contamination interne est évaluée par calculs sur la base des résultats d’analyses effectuées. Les résultats des mesures radiologiques confirment début janvier que la dose efficace engagée est évaluée à 14 mSv ; la limite réglementaire annuelle d'exposition pour un travailleur étant fixée à 20 mSv.

La division de Nantes de l’ASN a mené une inspection le 18 octobre 2010 afin d'examiner les circonstances dans lesquelles s’est produit cet événement ainsi que les mesures correctives et préventives prises par le centre. Les inspecteurs ont noté que le CHU allait remplacer progressivement l’utilisation d’Iode 131 sous forme liquide. L’ASN a demandé que la procédure définissant la conduite à tenir en cas de contamination interne soit modifiée pour améliorer la gestion d’événements similaires.

Cet événement a été classé au niveau 1 de l'échelle INES qui en compte 7.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie