L’ASN adresse un rappel réglementaire aux utilisateurs de télécommandes électriques TE 2000 employées en gammagraphie

Publié le 03/03/2010 à 17:18

Note d'information

A la suite de l’incident qui s’est produit le 5 janvier 2010 sur le site de l’entreprise DCNS BU Propulsion de la commune d’Indret (44), l’ASN adresse un courrier de rappel réglementaire aux entreprises de gammagraphie[1] susceptibles d’utiliser des télécommandes électriques du type TE 2000.

Gammagraphe

Lors de l’incident du DCNS, un radiologue de l'entreprise a accédé à l’enceinte d’irradiation alors que la source radioactive n’était pas complètement rentrée dans sa position de sécurité. Il a ainsi été exposé pendant plusieurs secondes à une source d’iridium 192 présentant une activité d’environ 1 TBq. La dose reçue au cours de l’incident par le radiologue a été estimée à 0,3 millisieverts, restant très en dessous de la limite réglementaire annuelle de dose de 20 millisieverts pour une personne susceptible d'être exposée aux rayonnements ionisants dans le cadre de son activité professionnelle. Le médecin du travail en charge du suivi de ce travailleur n’a pas jugé nécessaire de réaliser une visite médicale à la suite de cet incident.

Les investigations menées par l’ASN ont fait apparaître de nombreux dysfonctionnements techniques et organisationnels à l’origine de cet incident parmi lesquels l’utilisation d’une télécommande du type TE 2000 avec un projecteur non équipé de dispositif électrique.

En effet, l’emploi d’une telle télécommande avec un projecteur non équipé de dispositif électrique de base ne permet pas de reporter sur le pupitre de la télécommande, les positions réelles de la source et du dispositif d’obturation du faisceau de rayonnement. Ces positions constituent une information essentielle pour assurer la radioprotection des travailleurs, permettant d’éviter des expositions involontaires à des doses qui peuvent s’avérer bien plus importantes que celle estimée lors de l’incident du DCNS. Par ailleurs ce report de positions de la source est obligatoire pour les télécommandes électriques en application de l’article 9 du décret n°85-968 du 27 août 1985 relatif aux appareils de gammagraphie.

L’ASN rappelle cette exigence réglementaire et l’interdiction d’utiliser une telle télécommande avec un projecteur non équipé de dispositif électrique de base.

.

[1] La gammagraphie est une technique de contrôle non destructif permettant d’évaluer les défauts d’homogénéité dans les pièces métalliques et en particulier dans les cordons de soudure. Elle met en œuvre des sources radioactives de haute activité de cobalt 60, d’iridium 192 ou de sélénium 75. Un appareil de gammagraphie se compose principalement :

– d’un projecteur de source, servant de container de stockage quand la source n’est pas utilisée, et permettant son transport ;

– d’une gaine d’éjection et d’une télécommande manuelle ou électrique destinées à déplacer la source entre le projecteur et l’objet à radiographier, tout en assurant la protection de l’opérateur qui se tient à distance de la source ;

– d’une source radioactive insérée dans un porte-source.

Un gammagraphe peut être employé soit sur chantier, soit dans une enceinte dédiée (bunker).

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017