Anomalie concernant certaines pompes de sûreté des réacteurs de 900 MWe d'EDF

Publié le 14/12/2005 à 00:00

Communiqué de presse

Le 9 décembre 2005, EDF a informé l'ASN d'une anomalie susceptible d'affecter la sûreté des réacteurs de 900 mégawatts dans certaines situations accidentelles.
 
Lors de tests sur banc d'essais, EDF a détecté des vibrations anormales sur les pompes basse pression des circuits d'injection d'eau de sécurité (RIS) et d'aspersion d'eau dans l'enceinte (EAS) des réacteurs de 900 mégawatts pouvant remettre en cause leur bon fonctionnement en cas de fuite sur le circuit primaire.
 
Ces pompes ne sont pas utilisées en situation normale. Dans l'hypothèse d'une fuite accidentelle sur le circuit primaire du réacteur, l'eau qui s'échappe est collectée au fond du bâtiment du réacteur et renvoyée par ces pompes dans les circuits RIS et EAS afin d'assurer le refroidissement du réacteur.
 
Cette eau, en raison de sa température élevée, peut provoquer, à terme, des vibrations anormales des pompes des circuits RIS et EAS entraînant leur défaillance.
 
Selon EDF, cette anomalie concerne les 34 réacteurs nucléaires de 900 MWe et n'affecterait pas les 24 autres réacteurs de 1300 et 1450 mégawatts exploités en France.
 
EDF a présenté à l'ASN une solution de réparation des équipements concernés et prévoit de la réaliser avant le 31 mars 2006.
 
L'ASN examine actuellement, avec son appui technique l'IRSN, le caractère suffisant de ces propositions et décidera si EDF doit mettre en oeuvre des actions complémentaires.
 
Compte tenu de son impact potentiel sur la sûreté des installations, l'ASN a classé cette anomalie au niveau 2 de l'échelle INES.

 

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017