Indisponibilité d’une pompe du système de contrôle chimique et volumétrique

Publié le 17/06/2022

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 13 juin 2022, EDF a déclaré à l’ASN un événement significatif pour la sûreté relatif à l’indisponibilité d’une pompe du système de contrôle chimique et volumétrique (RCV) du réacteur 4 en raison de critères vibratoires non conformes.

Le système de contrôle chimique et volumétrique a notamment pour fonction de maintenir dans le circuit primaire la quantité d’eau nécessaire au refroidissement du cœur. Cette régulation du volume du circuit primaire se fait par l'intermédiaire d’un circuit d’injection (charge) et de vidange (décharge). En cas de brèche sur le circuit primaire, le système RCV assure également une fonction d’injection de sécurité d’eau à haute pression.

Le 14 avril 2022, lors de la réalisation des essais de requalification à la suite du remplacement de la pompe, des vibrations supérieures aux seuils de groupe B[1] définis dans les règles générales d’exploitation (RGE) ont été enregistrées dans la configuration « essai à plein débit de la pompe ». L’analyse des résultats réalisée par EDF a conclu à la disponibilité de la pompe. Néanmoins, sur la base du retour d’expérience connu pour ces pompes, des réglages ont été effectués et un nouvel essai à débit nul a été réalisé le 24 avril 2022. Les critères vibratoires respectaient les seuils définis. Le même jour, le réacteur 4  a été passé à l’état  « arrêt pour intervention » (API).

Le 18 mai 2022, EDF a mis à profit le fait que le réacteur était revenu en arrêt pour rechargement (APR), pour réaliser de nouveaux essais de la pompe dans les configurations à débit nul et à plein débit. Lors de ces essais, des vibrations supérieures aux seuils de groupe A1 définis dans les RGE ont été enregistrés. Sur la base de ces résultats, EDF a considéré que la pompe était indisponible depuis le 24 avril 2022.

Le 4 juin 2022, EDF a procédé à un nouveau remplacement de la pompe, qui est déclarée fonctionnelle après la réalisation de nouveaux essais et du respect des critères vibratoires de la pompe.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les personnes et l’environnement. Toutefois, en raison du caractère tardif de sa détection, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

 


[1] Sont classés en groupe A, les critères d’essais dont le non-respect compromet un ou plusieurs objectifs de sûreté. Ils sont issus des études de sûreté ou sont représentatifs de l’indisponibilité du ou des matériels requis (disponibilité ou performances compromises pour la durée de la mission).

Sont classés en groupe B, les critères d'essais dont l'évolution est caractéristique de la dégradation d'un équipement ou d'une fonction sans pour autant que ses performances ou sa disponibilité soient, après analyse, systématiquement remises en cause pendant la durée de la mission.

 

 

Date de la dernière mise à jour : 17/06/2022

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie