Station de traitement des déchets solides (STD) et Station de traitement des effluents actifs (STE)

L’INB 37 du CEA de Cadarache comportait historiquement la Station de traitement des effluents actifs (STE) et la Station de traitement des déchets (STD), regroupées en une installation unique. Le CEA souhaitant pérenniser la STD et procéder à l’arrêt définitif de la STE, l’INB 37 a été séparée en deux INB : 37-A (STD) et 37-B (STE), par décisions n° CODEP‑DRC-2015‑027232 et n° CODEP‑DRC-2015‑027225 de l’ASN du 9 juillet 2015. Ces enregistrements ont été réalisés consécutivement à la définition des périmètres de ces deux INB par arrêtés du 9 juin 2015.
 

La STE (INB 37-B) est à l’arrêt depuis le 1er janvier 2014. Le CEA a transmis en décembre 2021 le dossier de démantèlement de cette installation.

En bref

209

Lettres de suite d'inspection

9

Consultations du public

15

Avis d'incidents

67

Rêglementation

Station de traitement des déchets solides (STD)

La STD constitue à ce jour la seule INB civile du CEA autorisée à réaliser le conditionnement des déchets radioactifs MA-VL avant leur entreposage dans l’installation Cedra (INB 164), dans l’attente d’une expédition vers une installation de stockage en couche géologique profonde. Cette situation particulière rend la STD incontournable dans la stratégie de démantèlement et de gestion des déchets au CEA.

La poursuite de fonctionnement de la STD est conditionnée à la réalisation de travaux de rénovation, notamment du génie civil, prescrits par décision n° CODEP-CLG-2016-015866 du président de l’ASN du 18 avril 2016.

L’ASN a autorisé la réalisation de ces travaux le 20 janvier 2022. L’échéance prescrite de fin des travaux en 2021 n’a pas pu être respectée par le CEA, et a fait l’objet d’un report au 30 juin 2028. Les travaux relatifs à ce projet (dénommé « Pagode ») se sont poursuivis en 2023 avec la mise en service des emballages de transport de colis moyennement irradiants (équipements ETCMI) et des premiers travaux de génie civil.

Station de traitement des effluents actifs (STE)

Dans le cadre des opérations préalables au démantèlement (OPDEM), l’exploitant poursuit les investigations télévisuelles des cuves, afin de caractériser les substances encore présentes, et de préciser les travaux d’accessibilité aux cuves du bâtiment 322 qui devront être réalisés. Ces caractérisations sont un préalable à la mise en œuvre de solutions de traitement de ces effluents qui n’existent pas aujourd’hui. L’état de sûreté des cuves d’entreposage du bâtiment 322 et du local 22A au sein du bâtiment 321 doit être amélioré dans l’attente de leur vidange complète. Cette action issue du dossier de réexamen doit permettre également d’améliorer la connaissance de l’état de l’installation, et sera valorisée dans le cadre des opérations préparatoires au démantèlement. Le travail réalisé par l’exploitant a également permis d’affiner l’étude de stabilité au feu du bâtiment 321.

La découverte d’eaux pluviales marquées, entraînant la présence de radionucléides artificiels en dehors des zones contaminées historiques déjà identifiées, continue de faire l’objet de déclarations d’événements significatifs à l’ASN, depuis 2021. Cette situation persiste malgré la mise en œuvre d’un plan d’action sur la gestion des eaux pluviales, dont une évaluation formelle de l’efficacité par l’exploitant reste attendue par l’ASN. Au regard des marquages successifs, ce plan d’action se poursuivra et sera complété en 2024.

L’ASN a réalisé deux inspections en 2023 sur le thème des déchets et du respect des engagements. De manière générale, le suivi du plan d’action issu du réexamen périodique est satisfaisant, de même que la gestion des déchets.

Date de la dernière mise à jour : 17/05/2024