Transport de matières radioactives par une voie interdite

Publié le 23/12/2009

Centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 19 octobre 2009, la centrale de Dampierre a remis un colis de détecteurs ioniques de fumée à la société Chronopost pour expédition. Le 20 octobre 2009, le destinataire a constaté que, s’agissant d’un colis contenant de la matière radioactive, celui-ci n’aurait pas dû être acheminé par voie postale.

Les détecteurs ioniques de fumée équipent les systèmes de détection automatique d’incendie de la centrale. Ils sont montés dans la plupart des locaux. Ce type de détecteurs contient une source radioactive ; leur transport pour maintenance ou évacuation de détecteurs rebutés relève par conséquent de la réglementation du transport des matières radioactives. Dans ce cadre réglementaire, leur acheminement par voie postale est actuellement interdit.

Ce type d’incident dans l’acheminement de colis de détecteurs ioniques de fumée s’est déjà produit plusieurs fois depuis 2007 lors d’expéditions par d’autres centrales. Un retour d’expérience des premiers incidents a conduit à la mise en œuvre sur les centrales EdF d’actions visant à éviter leur renouvellement. L’ASN a demandé à la centrale de Dampierre de préciser les circonstances de l’événement. Il en ressort que les modalités d’application du retour d’expérience par le site de Dampierre n’ont pas permis d’éviter l’événement du 19 octobre 2009.

Le colis expédié par la centrale est arrivé intègre chez le destinataire. L’incident n’a pas eu de conséquence sur la sécurité et la radioprotection des travailleurs et du public compte tenu de l’activité transportée et de la conception des détecteurs ioniques de fumée.

En raison du caractère répétitif de ce type d’incident, cet incident a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie