Sous-estimation de la quantité de substance radioactive dans une citerne de type LR56

Publié le 07/07/2021

Le 16 juin 2021, le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) la sous-estimation de la quantité de substances radioactives lors d’un transport d’une citerne réalisé par la société Dangexpress.

Le 2 mars 2021, dans le cadre des opérations de démantèlement des emballages de transport obsolètes du CEA, une citerne de type LR 56 située dans l’installation nucléaire de base « secrète » (INBS) du centre de Marcoule a été transportée, en vue de son démontage et de sa mise au rebut, vers l’installation Sogeval, qui est une installation classée pour la protection de l’environnement située à Pierrelatte. Les citernes de type LR 56 sont utilisées par le CEA pour le transfert d’effluents aqueux radioactifs.

Les opérations de retrait de la première protection biologique de la citerne, une double peau en acier, réalisées sur l’installation Sogeval en avril 2021, ont mis en évidence des écarts par rapport aux données transmises par le CEA Marcoule. Le volume du reliquat d’effluents présent dans la citerne était supérieur aux données initiales du CEA et le débit de dose au contact de la citerne sans sa double peau en acier démontrait la présence de radionucléides. Les opérations de démontage de la citerne ont été arrêtées et un échantillon du reliquat d’effluents a été envoyé au CEA Marcoule pour analyse.

Le 11 juin 2021, les résultats ont mis en évidence la présence de radionucléides dans des quantités supérieures à celles déclarées dans les documents de transport. Les effluents sont par ailleurs restés confinés à l’intérieur de la citerne et sont actuellement entreposés de manière sûre au sein de l’ICPE, en attendant leur traitement ultérieur.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement. Toutefois, les erreurs réalisées lors de l’inventaire des radionucléides transportés, non détectées par les contrôles réalisés préalablement puis à la réception du transport de la citerne, ont entrainé l’utilisation d’un mauvais numéro d’identification des matières dangereuses transportées, leur transport dans un emballage non agréé pour ce type de substances et des erreurs dans les documents de transports. L’ASN classe donc cet incident au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

L’ASN veillera à la prise en compte du retour d’expérience issu de l’analyse de ces écarts, notamment concernant le contrôle de l’état de remplissage réel de la citerne avant son expédition, pour qu’ils ne se reproduisent pas, ainsi qu’à la bonne gestion de ces effluents, qui seront récupérés puis traités au sein d’une installation du CEA.

 

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie