Sortie du domaine de fonctionnement autorisé du réacteur 2 de la centrale nucléaire de Gravelines

Publié le 14/09/2021

Centrale nucléaire de Gravelines Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 9 septembre 2021, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à la sortie du domaine de fonctionnement autorisé par les règles générales d’exploitation du réacteur 2, en raison d’une pression trop basse du circuit primaire principal.

Les règles générales d’exploitation sont un recueil de règles approuvées par l’ASN qui définissent le domaine autorisé de fonctionnement de l’installation et les prescriptions de conduite associées. La régulation de la pression du circuit primaire est assurée par un pressuriseur, réservoir qui contient, lorsque le réacteur est en fonctionnement, de l’eau sous forme liquide dans sa partie inférieure et sous forme vapeur dans sa partie supérieure.

Le 6 septembre 2021, le réacteur était en phase de mise à l’arrêt afin de réaliser une opération de maintenance sur des robinets du circuit primaire.  Lors de la descente en pression et température du circuit primaire du réacteur, l’opérateur a détecté une baisse anormale de la pression. Une vérification de la configuration des circuits a alors été effectuée, sans détecter d’anomalie. La pression du circuit a continué à descendre jusqu’à être en-deçà de la limite basse du domaine de fonctionnement, malgré les actions de l’équipe de conduite pour rester dans le domaine autorisé.

Si la baisse de pression s’était poursuivie, les pompes primaires chargées de la circulation du fluide primaire auraient pu être endommagées.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement. Toutefois, l’événement ayant affecté les fonctions de sûreté liées au confinement et au refroidissement du réacteur, il a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

Une première analyse d’EDF conclut que la baisse de la pression du circuit primaire est due un apport excessif d’eau froide en haut du pressuriseur, qui a réduit l’efficacité de la régulation de pression par la vapeur présente dans celui-ci. Le réacteur a retrouvé la plage de fonctionnement autorisée au bout de trente-neuf minutes.

Date de la dernière mise à jour : 14/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie