Sortie du domaine de fonctionnement autorisé du réacteur 1 de Paluel

Publié le 24/08/2021

Centrale nucléaire de Paluel Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 20 août 2021, EDF a déclaré à l’ASN un événement significatif pour la sûreté relatif à la sortie du domaine de fonctionnement autorisé par les règles générales d’exploitation du réacteur 1 à la suite de l’ouverture de deux soupapes de sécurité.

Les règles générales d’exploitation sont un recueil de règles approuvées par l’ASN qui définissent le domaine autorisé de fonctionnement de l’installation et les prescriptions de conduite des réacteurs associées.

Le pressuriseur est un réservoir dont la fonction est de contrôler la pression du circuit primaire à l’aide de chaufferettes et d’un système d'aspersion. La protection contre les surpressions du circuit primaire principal est assurée au niveau du pressuriseur par trois lignes comprenant chacune deux soupapes de sécurité pilotées, la première étant appelée soupape de protection et la seconde soupape d’isolement. En fonctionnement normal, la deuxième soupape, qui permet d’isoler la ligne si la soupape de protection ne se referme pas après sollicitation, est en position ouverte.

Le 14 août 2021, alors que le réacteur se trouvait dans le domaine d’exploitation d’arrêt normal alimenté par le système de refroidissement à l’arrêt (AN/RRA), l’exploitant a détecté une fuite sur le système de pilotage de deux soupapes de protection.

Le 18 août 2021, afin de procéder au remplacement du système de pilotage des deux soupapes présentant des fuites, l’exploitant a isolé les lignes concernées sans avoir fermé les soupapes d’isolement associées. La purge du système de pilotage a provoqué une perte d’eau du circuit primaire par les soupapes d’isolement. Cette perte d’eau primaire, collectée par le réservoir de décharge du pressuriseur, a conduit à une baisse de la pression du circuit primaire jusqu’à 6 bars, alors que la pression minimale autorisée par les règles générales d’exploitation dans le domaine AN/RRA est de 25 bars.  

Cet évènement n’a pas eu de conséquence pour les personnes et l’environnement. Néanmoins, en raison de la dégradation de la défense en profondeur, cet événement a été classé au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires INES.

Le réacteur 1 a retrouvé la plage de fonctionnement autorisée au bout de six minutes, à la suite de la fermeture des deux soupapes d’isolement et au démarrage d’une pompe du circuit d’injection de sécurité.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie