Rupture brutale d'un joint ayant entraîné un relâchement de vapeur et la brûlure de 5 agents Réacteur n°1

Publié le 20/07/2000

Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 20 juillet en fin d'après-midi, lors d'un essai sur le groupe turboalternateur de secours, un joint situé sur une arrivée de vapeur s'est brutalement rompu.

Ce turboalternateur est utilisé pour l'alimentation électrique de secours d'une pompe chargée d'effectuer l'injection permanente d'eau dans les joints des motopompes primaires assurant la circulation du fluide du circuit primaire.

La rupture du joint a provoqué un relâchement de vapeur non radioactive, la brûlure de 5 agents et la détérioration de l'alternateur.

Deux agents, sérieusement brûlés par la vapeur, et un, plus légèrement, sont encore hospitalisés.

Les expertises sur le joint ont montré qu'il ne résistait pas aux conditions de température et de pression existant au cours des essais. Une défaillance similaire s'est déjà produite précédemment sur un autre site. Un recensement des joints équipant les installations a été réalisé et ne remet pas en cause le fonctionnement du réacteur.

La Direction régionale de l'industrie, de la recherche et de l'environnement conduit une expertise technique à la demande du procureur.

Dans la mesure où la défaillance de ce joint aurait aggravé un accident s'il s'était produit pendant une perte d'alimentation électrique et où le retour d'expérience n'a pas été suffisamment pris en compte, l'Autorité de sûreté nucléaire a décidé de classer cet incident au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie