Replis successifs du réacteur en application des règles générales d’exploitation

Publié le 03/12/2015

Centrale nucléaire de Gravelines Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 13 novembre 2015, l’exploitant du centre nucléaire de production d’électricité (CNPE) de Gravelines a déclaré à l’ASN un événement significatif pour la sûreté relatif à des replis[1] répétés du réacteur n°2.

Le réacteur n°2 du CNPE de Gravelines est en arrêt annuel depuis le 22 août 2015, cet arrêt comporte un programme de maintenance important ainsi que le renouvellement d’une partie de son combustible. Les 4, 7 et 9 novembre 2015, alors que le réacteur est en cours de redémarrage, des essais périodiques sont réalisés sur le système de protection du réacteur qui a pour fonction de déclencher automatiquement le démarrage de systèmes de sauvegarde. Au cours de chacun de ces essais, deux vannes du système d’alimentation de secours[2] des générateurs de vapeur[3] (ASG) ne s’ouvrent pas lorsque la consigne leur en est donnée. Chacun de ces événements de non ouverture des vannes conduit à considérer indisponible le système ASG. Dans ce cas, les règles générales d’exploitation imposent que le repli du réacteur soit commencé dans les 24 heures, ce qui a donc été fait à trois reprises.

A la suite de chacun des replis, l’exploitant a engagé les maintenances qu’il estimait nécessaires pour assurer l’ouverture des vannes. La répétitivité du blocage des vannes montre que les analyses d’EDF ont été insuffisantes. A la suite des dernières opérations de maintenance, les vannes ont été remises en conformité.  

Cet événement n’a pas eu de conséquence réelle sur les installations, les travailleurs et l’environnement.

Cet évènement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES par l’exploitant en raison de son caractère répétitif.

 

  

[1] le repli du réacteur consiste à abaisser la pression et la température de son circuit primaire en application de ses règles générales d’exploitation

[2] Lorsque l’alimentation normale en eau est défaillante, le système d’alimentation de secours des générateurs de vapeur (ASG) permet d’alimenter les générateurs de vapeur pour évacuer la chaleur transmise par le circuit primaire. L’alimentation de secours peut se faire à partir d’une turbopompe ou de deux motopompes aspirant dans un réservoir de stockage d’eau déminéralisée   

[3] Les générateurs de vapeur du réacteur sont des échangeurs de chaleur qui permettent, à partir de la chaleur de la réaction nucléaire, de produire de la vapeur pour mettre en mouvement une turbine afin de produire de l’électricité. Cette vapeur est également utilisée pour alimenter certains systèmes de secours.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie