Renforcement du dispositif de protection contre les inondations

Publié le 06/11/2000

Centrale nucléaire du Blayais Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 6 novembre 2000, l'Autorité de sûreté nucléaire a donné son accord au projet de renforcement complémentaire du dispositif de protection contre les inondations de la centrale nucléaire du Blayais présenté par EDF. Celui-ci consiste en la construction d'un mur anti-houle sur la digue existante, protégé face à la Gironde par des enrochements déposés de manière à briser l'effet dynamique de la houle.

L'Autorité de sûreté nucléaire a considéré que certaines incertitudes dans les études réalisées par EDF n'étaient pas suffisamment prises en compte et a demandé en conséquence une surélévation supplémentaire de 50 cm du mur anti-houle, portant à 8 m 50 sa cote minimale.

L'Autorité de sûreté nucléaire a par ailleurs accepté le calendrier de réalisation de ce dispositif anti-houle présenté par EDF : le mur, dont les travaux ont commencé, devra être achevé au plus tard en février 2001, la pose des derniers enrochements intervenant en mars 2001.

La centrale nucléaire du Blayais, partiellement inondée lors de la tempête du 27 décembre 1999, avait fait l'objet, au début de l'année 2000, de travaux de remise en état des matériels endommagés et d'obturation des voies possibles d'entrée d'eau dans les bâtiments. Ces travaux avaient été demandés par l'Autorité de sûreté nucléaire en préalable à l'autorisation de redémarrage des réacteurs n° 1 et 2. La digue de protection, initialement à 5 m 20, avait alors été rehaussée de 1 m. Comme cette hauteur de digue ne permettait pas d'arrêter de très fortes vagues, l'Autorité de sûreté nucléaire avait conditionné le fonctionnement de la centrale à la mise en place d'une procédure d'alerte météo visant à arrêter préventivement les réacteurs de la centrale en cas d'annonce de fort coup de vent. Le redémarrage des réacteurs n° 1 et 2 avait été autorisé par l'Autorité de sûreté nucléaire en mai 2000

La procédure d'alerte météo, qui a été appliquée les 5 et 6 novembre, restera en place avec ses critères actuels jusqu'à l'achèvement du dispositif anti-houle.

A la suite des inondations de décembre 1999, EDF a par ailleurs engagé, sous le contrôle de l'Autorité de sûreté nucléaire, un plan d'action plus général sur l'ensemble des centrales nucléaires françaises. Le réexamen en cours des hypothèses de conception de ces installations vis à vis du risque d'inondation pourra conduire au renforcement des dispositions préventives requises à ce jour.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Événement hors échelle