Rejets radioactifs liquides en mer incontrôlés du réacteur 2

Publié le 07/04/2000

Centrale nucléaire de Penly Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 7 avril, alors que le réacteur était en fonctionnement, l'exploitant a détecté une fuite du circuit de refroidissement intermédiaire conduisant à des rejets radioactifs liquides en mer incontrôlés en quantité inférieure à 1% du rejet annuel.

Le circuit de refroidissement intermédiaire (RRI) permet, au travers d'échangeurs, de refroidir en fonctionnement normal comme en situation accidentelle, l'ensemble des matériels et fluides des systèmes auxiliaires et de sauvegarde du réacteur. Ce circuit est lui-même refroidi au travers d'échangeurs par le circuit d'eau brute secourue (SEC). Ce dernier est alimenté en boucle ouverte par la mer.
En situation normale, l'eau du circuit RRI n'est pas radioactive. Pour s'assurer de l'étanchéité des échangeurs de ce circuit, la radioactivité de l'eau du circuit RRI est contrôlée par une mesure permanente et de façon hebdomadaire lors de contrôles analytiques plus précis.

Le contrôle hebdomadaire du 7 avril a permis de constater une montée de l'activité de ce circuit inférieure au seuil de détection des chaînes de mesure permanente. Cette pollution radioactive a révélé une fuite sur un échangeur de refroidissement entre les systèmes auxiliaires ou de sauvegarde et le circuit RRI.
Or, une légère fuite sur les échangeurs entre les circuits RRI et SEC, compatible avec les spécifications techniques d'exploitation, était par ailleurs observée depuis plusieurs semaines. Le fluide RRI contaminé a ainsi pollué le circuit SEC entraînant un rejet en mer en dehors des voies normales de contrôle et de comptabilisation.
L'exploitant a mis en place des mesures palliatives pour arrêter ce rejet incontrôlé. Des investigations sont en cours pour éliminer définitivement les fuites observées entre les différents circuits.

Dans l'hypothèse la plus défavorable, l'activité rejetée sur une semaine dans l'environnement est estimée à 0,2% de la limite réglementaire annuelle, soit environ 0,5% des rejets annuels réels. Cet incident n'a donc pas eu de conséquences sur la santé des travailleurs ou du public.

En conséquence, cet incident a été classé au niveau 0 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 0

Écart