Réalisation de deux dilutions non conformes aux spécifications techniques d’exploitation

Publié le 21/02/2011

Centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 7 février 2011, à la suite d'une panne sur le transformateur auxiliaire et en application des spécifications techniques d’exploitation (STE), l'exploitant a décidé de procéder à l'arrêt du réacteur n°1. Le réacteur a atteint le domaine d’exploitation d’arrêt normal sur le circuit « refroidissement du réacteur à l’arrêt » (AN/RRA) le 8 février à 7h30.

Le bore est un des deux moyens de contrôler la réactivité du coeur. Une injection de bore dans le circuit primaire permet de réduire la réactivité et une injection d'eau non borée permet au contraire de l'augmenter.

Le circuit de refroidissement à l'arrêt (RRA) assure, lors des phases d'arrêt du réacteur, la circulation et un niveau d'eau minimal dans le circuit primaire, afin d'évacuer la chaleur résiduelle provenant des combustibles présents dans le coeur du réacteur. Il est constitué de deux voies redondantes.

Le 8 février à 16h45, afin de gagner du temps en vue du redémarrage du réacteur, l'exploitant a procédé à une injection anticipée de 14 m3 d'eau non borée dans le circuit primaire.

Le 9 février à 3h10, l'exploitant a procédé à une injection de 2 m3 d'eau non borée contenant de la lithine afin d'ajuster l'acidité de l'eau du circuit primaire.

Ces deux opérations de dilution ont été réalisées dans le domaine d’exploitation AN/RRA. Dans cet état du réacteur, les STE imposent que, lors de tout changement de la concentration en bore du circuit primaire, afin de favoriser l’homogénéisation du bore, les deux voies du circuit de refroidissement à l'arrêt (RRA) doivent être en fonctionnement ; or dans les cas présents les pompes permettant de faire circuler l’eau dans ce circuit étaient restées à l'arrêt. L'exploitant a détecté ces deux non-conformités le 9 février à 11h.

Ces deux incidents n'ont eu aucune conséquence réelle sur la sûreté de l'installation du fait que les quatre pompes primaires étaient en fonctionnement et ont assuré l’homogénéité souhaitée de la concentration de bore dans le circuit primaire. Toutefois, en raison du non respect des spécifications techniques d'exploitation, ils ont été classés au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie