Réacteur n° 1 Redémarrage du réacteur avec un système important pour la sûreté dont la disponibilité n'était pas démontrée

Publié le 25/08/2005

Centrale nucléaire de Chinon B Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 8 juillet 2005, le redémarrage du réacteur n°1 a été effectué sans que la totalité de l'essai de vérification de bon fonctionnement du système de détection incendie ait été réalisée.

Le circuit de détection incendie permet de situer tout départ d'un feu. Ce système est classé important pour la sûreté du fonctionnement du réacteur.

Le 26 juillet 2005, le prestataire en charge des essais signale à l'exploitant la non-réalisation sur le cycle de l'essai de bon fonctionnement de l'intégralité du système de détection incendie du réacteur n° 1. L'exploitant identifie cet écart aux règles générales d'exploitation et du fait du non-respect des périodicités de contrôle considère le système indisponible. Les règles générales d'exploitation demandent alors à l'exploitant de démontrer la disponibilité du système sous 3 jours et de mettre en oeuvre des rondes horaires de surveillance des locaux concernés tant que la disponibilité du système n'est pas démontrée.

L'exploitant n'a pas été en mesure de mobiliser les effectifs nécessaires à la réalisation des rondes ainsi que des essais de bon fonctionnement de l'ensemble des détecteurs dans le délai imparti de 3 jours.

Après réalisation des essais de bon fonctionnement, l'exploitant a démontré la disponibilité complète du système de détection incendie, un mois après le redémarrage du réacteur n° 1. Tout départ de feu aurait donc été détecté.

Cet événement a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie