Réacteur B2 Rejet radioactif gazeux incontrôlé sans conséquence pour l'environnement

Publié le 14/05/2004

Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux Réacteurs de 900 MWe - EDF

Dans la nuit du 12 au 13 mai 2004, un faible rejet incontrôlé d'effluents radioactifs gazeux s'est produit à la centrale nucléaire de Saint-Laurent.

Ce rejet a été provoqué par la conjonction d'une mauvaise application des procédures de conduite et de la réalisation d'une mesure de la qualité de la vapeur des générateurs de vapeur.

Cette mesure nécessite en effet l'utilisation d'un traceur radioactif, le sodium 24, dans le circuit secondaire du réacteur. Le sodium 24 est un radioélément à vie courte : sa radioactivité diminue de moitié toutes les 15 heures.

De la radioactivité a été rejetée pendant 10 heures environ, en quantité faible et non détectable par les appareils de contrôle implantés autour du site. La quantité totale rejetée a été estimée par EDF à une valeur 200 fois inférieure à la limite annuelle autorisée pour ce type de radioélément.

L'Autorité de sûreté nucléaire a mené le 13 mai une inspection à la centrale de Saint-Laurent pour examiner les circonstances de l'événement, qui a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie