Réacteur B1 Non respect de l'arrêté d'autorisation de rejets

Publié le 13/12/2001

Centrale nucléaire de Chooz B Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Le 13 décembre 2001, un rejet gazeux programmé a été effectué sans mise en service de la filtration sur pièges à iode, demandée dans l'arrêté d'autorisation de rejets.

Une centrale nucléaire ne rejette pas ses effluents gazeux au fil de sa production. Les effluents sont stockés, analysés, laissés en repos pendant trente jours afin que leur radioactivité diminue. Lorsque les trente jours sont atteints, les effluents sont rejetés via le circuit de ventilation nucléaire, sous réserve de la mise en service des pièges à iode. Ces différentes dispositions sont imposées par l'arrêté d'autorisation de rejets.

Le 12 décembre, le rejet gazeux a débuté, filtration iode en service. Il a été stoppé (filtration iode mise hors service) puis repris le lendemain sans fonctionnement des pièges à iode. L'équipe de conduite s'est aperçue de cet écart une heure après le début de l'opération. Le rejet, que les filtres à iode auraient dû purifier, est resté très limité : 88Bq, soit de l'ordre de 1/100000 des rejets mensuels moyens de l'établissement en halogènes et aérosols. Ce faible impact est dû à une concentration faible en iode radioactif dans la bâche de stockage.

Compte tenu du non respect de l'arrêté d'autorisation de rejets ainsi que de l'insuffisance de préparation de l'intervention, cet incident a été classé par l'Autorité de sûreté au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires (INES).

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie