Réacteur 6 Décalage du seuil d'arrêt automatique du réacteur par haut flux neutronique

Publié le 20/08/2004

Centrale nucléaire de Gravelines Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 10 août 2004 à 11h 00, alors que le réacteur 6 était en puissance, l'exploitant a découvert, lors d'un essai périodique journalier, que le seuil d'arrêt automatique du réacteur par haut flux neutronique était décalé.

L'exploitant surveille en permanence le flux des neutrons émis par le coeur du réacteur pour pouvoir contrôler toute augmentation intempestive de puissance. Pour cela, il dispose de chaînes de mesures dites de "puissance" utilisées en fonctionnement normal. Ces chaînes sont connectées au système de protection du réacteur et déclenchent son arrêt automatique en cas de dépassement de sa puissance maximale.

Lorsqu'un décalage est constaté, l'exploitant doit procéder rapidement à un essai périodique particulier permettant le recalage des chaînes de mesure. Toutefois, le 10 août 2004, le réacteur était dans une configuration de fonctionnement ne permettant pas la réalisation de cet essai. Une configuration adéquate n'a pu être obtenue que le 11 août 2004 à 14 h 30. Le recalage des chaînes s'est terminé vers 16 h 00, soit 29 heures après la détection de l'écart.

Le décalage maximal entre la puissance réelle du réacteur et la puissance mesurée a été de 0,46 %.

Cet incident n'a pas eu de conséquence sur l'environnement. Les autres systèmes de protection pouvant déclencher l'arrêt automatique du réacteur étaient disponibles.

Etant donné la durée de l'écart relevé sur le système concerné, cet incident a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

 

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie