Réacteur 3 Non-respect des règles d'exploitation encadrant le confinement du bâtiment réacteur

Publié le 16/05/2003

Centrale nucléaire de Chinon B Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 3 mai 2003, le système de ventilation du bâtiment contenant le réacteur numéro 3 de la centrale de Chinon a été remis en service alors que les protections automatiques visant à isoler ce bâtiment en cas d'accident étaient inopérantes, contrairement à ce qu'indiquent les règles d'exploitation de la centrale.

Le système de ventilation du bâtiment contenant le réacteur nucléaire a pour objectif d'en assurer le renouvellement d'air et la climatisation. Ce système est relié par des tuyauteries à un autre système de ventilation, situé à l'extérieur du bâtiment. Ces tuyauteries de liaison doivent pouvoir être obturées automatiquement lorsque le système de pilotage de la centrale détecte un accident. Dans le cas contraire, le confinement des matières nucléaires n'est plus assuré et, en cas d'accident, un rejet peut avoir lieu.

La ventilation ne peut être remise en service que si les mécanismes d'obturation automatique sont opérationnels. Le 3 mai, une panne matérielle sur un voyant indiquant l'inhibition de l'obturation automatique, et une erreur humaine d'interprétation ont conduit à remettre la ventilation en service sans obturation automatique.

Du fait de la perte des lignes de défense sur le confinement des matières nucléaires, cet événement est classé au niveau 1 dans l'échelle INES.

 

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie