Réacteur 3 Dépassement du délai de mise à l'arrêt du réacteur du fait de l'indisponibilité d'un matériel requis par les spécifications techniques d'exploitation

Publié le 25/07/2002

Centrale nucléaire de Chinon B Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 25 Juillet, dans le cadre d'un contrôle, un opérateur de la salle de commande du réacteur 3 de la centrale de Chinon s'est aperçu que le signal d'injection de sécurité à haute pression (ISHP) était inhibé.
Le réacteur était alors en cours de redémarrage. Dans ces conditions, l'ISHP est requise par les spécifications techniques d'exploitation. L'inhibition du signal d'injection la rendait à ce moment indisponible. Le matériel a été remis en service immédiatement après la découverte de l'écart par l'opérateur.

Après analyse, il s'avère que l'ISHP était ainsi resté indisponible durant 1h20, alors que les spécifications techniques d'exploitation exigent de mettre à l'arrêt le réacteur au bout d'une heure d'indisponibilité.

L'ISHP fait partie du circuit d'injection de sécurité (RIS). Le circuit d'injection de sécurité permet, en cas d'accident, par exemple une fuite importante du circuit primaire du réacteur, d'introduire de l'eau borée sous haute pression dans celui-ci afin d'étouffer la réaction nucléaire et d'assurer le refroidissement du cœur.

En raison du dépassement du délai de repli généré par une indisponibilité de matériel requis au titre des spécifications techniques d'exploitation, cet incident a été classé au niveau 1 de l'échelle internationale INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie