Réacteur 2 Repli de l'unité de production en application des spécifications techniques d'exploitation

Publié le 12/09/2001

Centrale nucléaire de Flamanville Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 5 septembre, l'unité de production n°2 est en puissance. Un contrôle interne permet de détecter la non réalisation du test d'une soupape d'un des réservoirs de stockage des effluents radioactifs. L'exploitant déclare alors le réservoir non disponible et engage, conformément aux spécifications techniques d'exploitation, le repli de l'unité de production vers l'arrêt à froid, état lui permettant de réaliser le test de la soupape.

En raison d'un défaut de vigilance de la part de l'exploitant, le passage à l'arrêt à froid du réacteur aura, en tout, duré une quinzaine d'heures pour un délai de dix heures prescrit par les spécifications techniques d'exploitation.

Le fonctionnement d'un réacteur entraîne la production d'effluents radioactifs liquides qui sont stockés dans un réservoir avant d'être dégazés et traités. Pour prévenir la destruction du réservoir en cas d'excursion accidentelle de pression, une soupape est installée. S'agissant d'équipements sous pression, le réservoir et la soupape de sécurité sont régulièrement visitées et testées pour garantir leur bon fonctionnement et l'absence de défauts.

Lors du dernier arrêt pour rechargement et maintenance de l'unité n°2, au printemps dernier, le contrôle du réservoir de stockage d'effluents radioactifs a bien été réalisé, mais le test de sa soupape n'a pas été effectué en raison d'un oubli dans les opérations de maintenance.

Cet oubli a été détecté lors d'un contrôle interne réalisé le 5 septembre. L'exploitant déclare alors le réservoir non disponible et engage conformément aux spécifications techniques d'exploitation le repli de l'unité de production n°2 vers l'arrêt à froid, état lui permettant de réaliser le test de la soupape.

Cependant le délai de repli de l'unité a dépassé de cinq heures celui imposé par les spécifications techniques d'exploitation (dix heures) et ce en raison d'un défaut de vigilance de la part de l'exploitant.

Cet incident n'a pas eu de conséquences sur l'environnement ni sur la santé des travailleurs ou du public. Comme il s'agit d'un non-respect des spécifications techniques d'exploitation, cet incident a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

 

 

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie