Réacteur 2 Essai réalisé à une puissance trop élevée

Publié le 17/08/2000

Centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 17 août, dans le cadre du redémarrage du réacteur 2 du CNPE de Dampierre suite à l'arrêt annuel pour maintenance et rechargement en combustible, des vérifications ont été faites sur le réacteur dans une configuration non conforme à la procédure.

Après tout rechargement en combustible et avant de monter en puissance, plusieurs essais sont systématiquement réalisés pour vérifier la configuration et le comportement du réacteur. Ainsi, le 17 août, le réacteur était stabilisé pour réaliser l'essai appelé « carte de flux à 8 % de puissance ». Selon la règle des essais physiques au redémarrage, la puissance doit être comprise entre 5 % et 10 %. Or, l'analyse de la carte de flux a révélé que la puissance avait été de 10,16%.

Classiquement, les équipes de conduite suivent la puissance sur les chaînes de puissance neutronique. Pour confirmer la valeur lue, elles peuvent faire un bilan thermique. A faible puissance, l'incertitude sur les chaînes de puissance neutroniques est importante et il peut y avoir un écart entre la valeur affichée et la valeur réelle. Ainsi, lors du présent incident, la puissance lue était 8,5 % alors que la puissance réelle était de 10,16 %. Pour s'apercevoir de cet écart, les équipes de conduite auraient du faire un bilan thermique. Cela n'a pas été fait, contrairement à ce que demande la procédure d'essai.

Cet incident a été classé au niveau 1 de l'échelle INES, en raison du non respect de la procédure d'essai.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie