Réacteur 2 Ecart d'appréciation sur l'état du réacteur ayant entraîné le dépassement de la puissance autorisée lors d'un essai

Publié le 13/08/2000

Centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 13 août, dans le cadre du redémarrage du réacteur n°2 de la centrale de Dampierre suite à l'arrêt annuel pour maintenance et rechargement de combustible, une première divergence a été réalisée alors que l'équipe d'essai ne la détectait pas.

Après tout rechargement de combustible et avant de monter en puissance, plusieurs essais sont systématiquement réalisés pour vérifier la configuration et le comportement du réacteur. En particulier la première divergence constitue un essai et est suivie à la fois par l'équipe de conduite classique et par une équipe d'essai spécialement mises en place pour réaliser des vérifications pointues. Chacune des équipes suit le réacteur avec ses propres appareils de mesure. En l'occurence l'équipe de conduite a vu la divergence du réacteur à partir des indicateurs classiques de la salle de commande alors que l'équipe d'essai ne détectait pas cette divergence à partir de ses appareils de mesure.

Compte tenu de l'écart d'appréciation, le chef d'exploitation a décidé d'arrêter le réacteur pour analyser la situation.

Toutefois la puissance a atteint 2.36% alors que, selon la règle des essais physiques au redémarrage, la puissance ne doit pas dépasser 2% pour cet essai.

L'équipe d'essai a changé ses appareils de mesure et aucune autre anomalie n'a été détecté lorsque la première divergence a été recommencée.

Cet incident a été classé au niveau 1 de l'échelle INES, en raison du non respect de la règle des essais physiques au redémarrage.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie