Réacteur 2 Dispositif de surveillance indisponible sur un tableau électrique

Publié le 04/09/2003

Centrale nucléaire de Gravelines Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 28 août 2003, alors que le réacteur n°2 était en fonctionnement, l'exploitant a constaté qu'un commutateur d'un tableau électrique était dans une mauvaise position, empêchant ainsi la détection d'un défaut électrique sur une électrovanne.

Chaque tableau électrique dispose d'un système de surveillance et de détection des défauts électriques. Ce dispositif, activé par un commutateur, génère des alarmes en salle de commande en cas d'apparition d'un défaut électrique. Dans ce cas, l'exploitant est tenu de réparer le défaut dans un délai prévu par les règles d'exploitation.

Le 28 août, l'exploitant a constaté que le commutateur du dispositif de surveillance d'un tableau électrique était dans une mauvaise position. De plus, lors de la manoeuvre de ce commutateur, une alarme de défaut électrique est apparue en salle de commande. Le défaut à l'origine de l'alarme concernait une électrovanne qui a été remise en état.

En première analyse, l'exploitant estime que l'erreur de positionnement du commutateur a pu être faite lors d'une intervention de maintenance réalisée le 17 juillet 2003, et que le défaut électrique sur l'électrovanne est apparu après cette intervention.

Cet incident n'a pas eu de conséquence réelle sur la sûreté du réacteur n°2 et aucune conséquence sur l'environnement.

Compte tenu du dépassement du délai de réparation fixé dans les règles d'exploitation, cet incident a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie