Réacteur 1 Non-respect des procédures lors d'un arrêt automatique du réacteur

Publié le 21/03/2001

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 21 mars, la perte d'un échantillon d'analyse de combustible irradié a été constatée au Laboratoire d'examen des combustibles actifs (LECA) implanté sur le site CEA de Cadarache.

Il s'agit d'un tronçon d'un centimètre cube environ d'oxyde d'uranium initialement enrichi en uranium 235 et présentant, après son utilisation en réacteur nucléaire EDF, une forte radioactivité.

En octobre 2000, cet échantillon avait été découpé dans un élément de combustible dans les conditions de sûreté, prévues à l'intérieur d'une enceinte en plomb (cellule blindée) assurant une protection contre les radiations. L'échantillon avait alors été placé dans un conteneur fermé de petites dimensions devant rester entreposé dans cette même enceinte en l'attente d'analyses métallographiques.

A la date envisagée pour la réalisation de ces analyses, l'échantillon n'a pu être retrouvé. Les recherches effectuées par le CEA dans l'enceinte concernée, les enceintes voisines et les installations du Centre de Cadarache où sont traités et entreposés les déchets normalement évacués du LECA n'ont pas abouti à ce jour. Cet échantillon n'a a priori pas quitté le circuit normal des matières radioactives, car son activité est suffisante pour déclencher les alarmes des balises de radioprotection à la sortie des installations.

Deux inspecteurs de l'Autorité de sûreté nucléaire se sont rendus au LECA pour vérifier les dispositions mises en oeuvre par le CEA pour retrouver cet échantillon.

Dans l'attente du résultat des investigations en cours, cet incident révélant une lacune dans la gestion de matières nucléaires est classé provisoirement au niveau 1 de l'échelle INES.

 

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie