Réacteur 1 - Mauvais réglages des matériels de mesure du flux neutronique du réacteur

Publié le 14/02/2000

Centrale nucléaire de Chooz B Réacteurs de 1450 MWe - EDF

 

Le 14 février, alors que le réacteur était en fonctionnement à puissance nulle, l'exploitant a découvert que certains réglages des matériels de mesure du flux de neutrons émis par le réacteur n'avaient pas été effectués avant le rechargement du réacteur en combustible.

 

L'exploitant doit surveiller en permanence le flux de neutrons émis par le coeur du réacteur. Cette surveillance est effectuée par quatre chaînes de puissance, utilisées en fonctionnement normal, quatre chaînes intermédiaires, utilisées lors du démarrage du réacteur et aux niveaux de puissance intermédiaires du réacteur, et quatre chaînes " sources ", utilisées lors du rechargement du réacteur. Ces matériels assurent en particulier un rôle de protection du réacteur en déclenchant l'insertion rapide des grappes de contrôle de la réactivité dans le coeur (arrêt automatique du réacteur) lorsqu'ils détectent un flux excessif de neutrons émis par les assemblages de combustible. Les seuils de réglage de ces matériels doivent être périodiquement modifiés, pour les opérations de manutention du combustible et à différents niveaux de puissance du réacteur.

 

Le 14 février, avant de procéder à la montée en puissance du réacteur, l'exploitant s'apprêtait à remettre en place les seuils de réglage des chaînes intermédiaires et de puissance. Il s'est aperçu que ces seuils n'avaient pas été modifiés avant le rechargement en combustible, engagé le 4 janvier, conformément à la procédure applicable. En particulier, les réglages maintenus auraient conduit à un déclenchement de l'arrêt automatique du réacteur (insertion des grappes de contrôle) à des valeurs du flux neutronique supérieures aux valeurs prescrites.

 

L'exploitant a engagé l'analyse des conséquences potentielles de cet incident et a procédé à une nouvelle vérification des paramètres liés aux essais de montée en puissance du réacteur.

 

Des inspecteurs de l'Autorité de sûreté (DRIRE Champagne-Ardenne et Direction de la sûreté des installations nucléaires), accompagnés par leur appui technique l'IPSN, ont procédé le 17 février à une visite de surveillance sur le site de Chooz.

 

Compte tenu de défaillances dans l'organisation des opérations de réglage de matériels importants pour la sûreté ainsi que dans les processus de vérification et de contrôle de ces opérations, cet incident a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie