Réacteur 1 Défaut dur le circuit d'eau brute secourue

Publié le 11/09/2002

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse Réacteurs de 900 MWe - EDF

Lors d'un contrôle réalisé le 11 septembre sur une tuyauterie du circuit d'eau brute secourue, des défauts ont été détectés. La nature de ces défauts ainsi que le temps nécessaire à leur réparation ont conduit à mettre à l'arrêt le réacteur le 12 septembre.

Le circuit d'eau brute secourue sert à refroidir un autre circuit appelé circuit de refroidissement intermédiaire, qui assure le refroidissement de tous les circuits et matériels importants pour la sûreté du réacteur. Il est constitué de deux voies redondantes, comportant chacune deux pompes et deux échangeurs.

En situation accidentelle, le circuit d'eau brute peut être utilisé pour alimenter le réservoir d'eau de secours des générateurs de vapeur, dans le cas où les moyens d'alimentation normaux et de secours seraient indisponibles.

Le 10 juillet, lors d'une inspection courante, les inspecteurs de l'Autorité de sûreté nucléaire ont constaté sur une des voies du réacteur 1 une fuite " goutte à goutte " sur la tuyauterie de liaison entre le circuit d'eau brute secourue et le réservoir d'eau de secours des générateurs de vapeur à proximité de la connexion au circuit d'eau brute. A la suite de ce constat, il a été demandé à l'exploitant de procéder au contrôle de l'ensemble des tuyauteries semblables des quatre réacteurs du site.

Un contrôle visuel a été réalisé sur ces tuyauteries fin juillet et a révélé une fuite sur une tuyauterie du réacteur 2. Le tronçon de tuyauterie concerné a été déposé au cours de l'arrêt pour rechargement du réacteur de l'été 2002 puis expertisé. Les résultats de l'expertise ont conduit à procéder à un contrôle d'épaisseur sur toutes les tuyauteries des quatre réacteurs.

Le premier contrôle a été conduit le 11 septembre sur le réacteur 1 et a fait apparaître des sous-épaisseurs sur la tuyauterie d'une des voies du circuit. Etant donné le temps d'intervention pour procéder à la réparation et les exigences des spécifications techniques d'exploitation, le réacteur a été arrêté pour procéder à la réparation. Dans le même temps, les contrôles ont été menés sur la deuxième voie et ont eux aussi fait apparaître des sous-épaisseurs qui ont, à leur tour, été réparées.

Etant donné que les défauts constatés affectaient les deux voies redondantes d'un système de sauvegarde, cet incident a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie