Présence de poudre d’alumine dans le réseau d’air servant à manœuvrer les organes de robinetterie à commande pneumatique

Publié le 23/01/2013

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 5 janvier 2013, alors que le réacteur était en production, l’exploitant de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse a constaté des dysfonctionnements sur des organes de robinetterie de la partie secondaire (non-nucléaire) et sur un compresseur d’air du réacteur n°2.

A la suite de ce constat, l’exploitant a réalisé des contrôles qui ont abouti, le 7 janvier 2013, à la découverte de poudre d’alumine (ou oxyde d’aluminium : Al2O3) dans le réseau d’air comprimé servant à manœuvrer les organes de robinetterie à commande pneumatique de l’installation.

Sur les réacteurs nucléaires exploités par EDF, de nombreux organes de robinetterie peuvent être commandés à distance grâce à un réseau d’air comprimé. Afin d’obtenir un air de bonne qualité, celui-ci est asséché en circulant à travers des dessiccateurs remplis d’alumine. Des filtres, situés de part et d’autre de ces dessiccateurs, empêchent normalement que l’alumine puisse s’infiltrer dans le réseau d’air comprimé et perturber le fonctionnement des organes pneumatiques. Si ces organes ne sont plus suffisamment alimentés en air, ils se mettent automatiquement en « position de sécurité » et ne sont plus manœuvrables à distance.

Les contrôles réalisés par l’exploitant ont révélé que les filtres situés en amont et en aval des dessiccateurs étaient mal installés, ce qui a conduit à disséminer de la poudre d’alumine dans le circuit d’air comprimé. Ces dessiccateurs et les filtres associés ont été remis en état immédiatement.

Une partie de l’alumine s’est néanmoins infiltrée dans le reste du circuit d’air comprimé de l’installation. L’exploitant analyse actuellement la nocivité potentielle de cette situation vis-à-vis du risque de dysfonctionnement des organes de robinetterie concernés et transmettra ses conclusions à l’ASN.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement de l’installation.

En raison du risque de dysfonctionnement de plusieurs matériels importants pour la sûreté indépendants à la suite de cet événement, il a été classé au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie