Présence de boues contaminées dans les dispositifs de collecte des eaux pluviales à l’intérieur du site de l'usine FBFC de Romans sur Isère (Drôme)

Publié le 17/11/2009

Usines de fabrication de combustibles nucléaires de Romans-sur-Isère Fabrication de substances radioactives - Framatome

L'usine FBFC de Romans sur Isère a déclaré le 12 novembre 2009 un événement significatif relatif à la présence de boues contaminées dans le dispositif de collecte des eaux pluviales du site.

Dans le cadre des suites de l’événement de fuite d’une canalisation de rejets du 17 juillet 2008, AREVA s’était engagé à transmettre à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) les résultats d’une étude exhaustive sur l'état des sols du site de l'usine de FBFC de Romans sur Isère.

Les mesures relevées dans le cadre de cette étude ont mis en évidence la présence d’uranium dans les boues d’un tronçon de canalisation des eaux pluviales et dans les sols du bassin de collecte, situés au sud de l’établissement.

Ces contaminations résulteraient de pollutions ayant transité dans le réseau des eaux pluviales du site avant la mise en place de règles renforcées de séparation des égouts du site, et qui se seraient accumulées au fil de l’exploitation de l’établissement.

D'après les études d'impact menées par AREVA, les concentrations en uranium mesurées dans les boues ne présentent pas de risque de réaction en chaîne, appelé risque de criticité.

Ces études et les prélèvements dans l’environnement montrent également l’absence de conséquence directe sur les travailleurs du site ou sur l’extérieur de l’établissement, ainsi que l'absence de transfert de contamination vers l'environnement.

AREVA a présenté à l’ASN le 9 novembre 2009 un plan d’actions visant à procéder au nettoyage du réseau des eaux pluviales et à l’évacuation des terres du bassin de collecte de ces eaux.

L’ASN fera expertiser les évaluations présentées et un inspecteur de l’ASN s’est rendu sur place le 13 novembre 2009.

En raison de l’accumulation de substances dangereuses en dehors d’une zone confinée et prévue à cet effet, l’incident a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie