Perte de la réfrigération de la piscine d’entreposage du combustible du réacteur 1

Publié le 04/08/2021

Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 20 juillet 2021, l’exploitant de la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux a déclaré à l’ASN un événement significatif pour la sûreté relatif au non-respect des spécifications techniques d’exploitation concernant la disponibilité de la réfrigération de la piscine d’entreposage du combustible du réacteur 1.

La piscine d’entreposage du combustible reçoit l'ensemble des assemblages de combustible du cœur du réacteur pendant les arrêts pour rechargement et sert à l’entreposage des assemblages usés dans l'attente de leur envoi vers un centre de traitement. Le refroidissement de la piscine est nécessaire pour évacuer la puissance résiduelle dégagée par les assemblages de combustible présents. Ce refroidissement est assuré par le système de traitement et de réfrigération (PTR), lui-même refroidi par le circuit de refroidissement intermédiaire (RRI). Ces circuits comportent deux systèmes (voies) indépendants et redondants. Les spécifications techniques d’exploitation imposent qu’une voie PTR soit en service lorsque le réacteur est dans l’état « réacteur complétement déchargé » (RCD).

Le 16 juillet 2021, alors que le réacteur 1 est en arrêt pour rechargement, cœur complètement déchargé et après la réalisation d’activités d’exploitation sur le circuit de réfrigération intermédiaire, l’exploitant a constaté l’augmentation anormale de la température de la piscine de désactivation du réacteur 1.

Les investigations menées par l’exploitant ont permis d’identifier que cette augmentation de température de la piscine de désactivation provenait de la fermeture inappropriée de vannes du circuit RRI ayant provoqué la perte du refroidissement du circuit PTR. L’exploitant a retrouvé la disponibilité d’une voie RRI permettant ainsi de rétablir le refroidissement de la piscine de désactivation moins d’une heure après la détection de l’anomalie.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement. Toutefois, l’événement a affecté la fonction de sûreté liée au refroidissement du combustible. En raison de la perte du refroidissement de la piscine de désactivation, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

Cet événement, déclaré initialement au niveau 0 par l’exploitant de la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux le 20 juillet 2021 a finalement été reclassé par l’exploitant au niveau 1 le 30 juillet 2021 à la suite des questions qui lui ont été adressées par l’ASN.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie