Non-respect des spécifications techniques d'exploitation relatives à la pression du circuit primaire et à sa concentration en bore - Réacteur n°2

Publié le 12/12/2003

Centrale nucléaire de Saint-Alban Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 30 novembre 2003, au cours de la phase de redémarrage du réacteur 2, un dépassement de la pression maximale du circuit primaire, fixée par les spécifications techniques d'exploitation, a conduit à l'ouverture d'une soupape de protection du circuit. Lors de la conduite de cet événement, la concentration en bore du circuit primaire a ensuite dépassé la valeur maximale fixée par ces mêmes spécifications techniques d'exploitation.

Le circuit primaire est un circuit fermé, contenant de l'eau sous pression qui assure le refroidissement du réacteur. La pression de ce circuit est contrôlée par le pressuriseur.

Lors d'une manoeuvre délicate, un défaut de surveillance a conduit à un dépassement de pression du circuit. L'ouverture de l'une des soupapes de protection du circuit a permis d'éviter son endommagement.

Par la suite, un appoint inapproprié en eau borée au circuit primaire a été réalisé, et la concentration en bore du circuit primaire a ensuite dépassé la valeur maximale fixée par les spécifications techniques d'exploitation.

Le bore est un corps ayant la propriété d'absorber les neutrons produits par la réaction nucléaire. Il est mélangé à l'eau du circuit primaire et permet de contrôler et, le cas échéant, d'arrêter la réaction nucléaire.
A l'arrêt, des quantités supplémentaires de bore sont introduites dans le circuit primaire afin de prévenir toute possibilité de redémarrage intempestif de la réaction nucléaire. Cependant, le bore ne doit pas se trouver en trop grande quantité dans le circuit primaire car, dans certaines circonstances, notamment accidentelles, il pourrait se cristalliser et perturber la circulation de l'eau du circuit primaire.

Ce sont des difficultés dans le réglage du système prévu pour le dosage du bore qui ont conduit au manque de surveillance de la pression primaire, puis à une injection inadaptée de bore.

Une inspection a été réalisée par l'Autorité de sûreté le 8 décembre.

En raison du dépassement de la pression maximale du circuit primaire ayant conduit à la sollicitation d'une soupape, puis au dépassement de la concentration maximale de bore autorisée par les spécifications techniques d'exploitation, cet incident a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie