Non-respect des spécifications techniques d’exploitation du réacteur 1

Publié le 22/12/2020

Centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 16 décembre 2020, l’exploitant de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine a déclaré à l’ASN un évènement significatif pour la sûreté relatif au non-respect des spécifications techniques d’exploitation du réacteur 1. Cet évènement est intervenu à l’occasion du traitement d’une panne sur un enregistreur permettant la surveillance de la pression des générateurs de vapeur et du circuit primaire depuis la salle de commande.

L’enregistreur concerné, en redondance avec un autre du même type, permet, en situation post-accidentelle, de disposer d’informations concernant l’état du réacteur et d’assurer la surveillance de l’installation. En particulier, il permet de visualiser la mesure de la pression dans chacun des quatre générateurs de vapeur ainsi que celle du circuit primaire.

Le 11 décembre à 1h56, un opérateur de la salle de commande a détecté un dysfonctionnement de cet enregistreur, rendant celui-ci indisponible. L’exploitant a identifié que l’indisponibilité de cet enregistreur, si elle devait se prolonger plus de 24 heures, impliquait la mise à l’arrêt du réacteur, en application des spécifications techniques d’exploitation. Le remplacement et la requalification de l’enregistreur ont par conséquent été rapidement ordonnés. A 7h53, à l’issue de l’intervention, l’exploitant a considéré que l’enregistreur était à nouveau disponible.

Or, le 12 décembre à 9h00, l’exploitant a constaté des anomalies concernant cet enregistreur, et notamment une inversion des valeurs qui y étaient reportées. Un nouveau remplacement a en conséquence été ordonné.

A posteriori et après analyse, il ressort que l’intervention du 11 décembre n’a pas permis de retrouver la disponibilité de l’enregistreur concerné. Par conséquent, l’indisponibilité de ce dernier a duré plus de 24 heures, ce qui aurait dû conduire au repli du réacteur, conformément aux spécifications techniques d’exploitation.

L’enregistreur redondant est néanmoins resté disponible et permettait, à lui seul, de remplir la fonction attendue en cas d’accident.

Cet évènement n’a pas eu de conséquence sur les personnes et l’environnement. Toutefois, il a affecté la fonction de sûreté liée au refroidissement du réacteur en situation accidentelle. Au regard du non-respect des spécifications techniques d’exploitation, cet évènement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

Le deuxième remplacement de l’enregistreur a permis de retrouver une situation conforme de l’installation.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie