Non-respect des règles générales d’exploitation concernant le calcul du crédit K lors du redémarrage du réacteur n° 1 de la centrale nucléaire de Flamanville

Publié le 11/12/2017

Centrale nucléaire de Flamanville Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 29 novembre 2017, l’exploitant de la centrale nucléaire de Flamanville a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à un non-respect des règles générales d’exploitation (RGE) concernant le calcul du crédit K [1] au cours du redémarrage du réacteur n° 1.

Lors du redémarrage du réacteur n° 1 consécutif à l’aléa survenu sur l’alternateur le 9 février 2017, EDF a rencontré des difficultés à maintenir un débit de fuite primaire/secondaire respectant les critères définis dans les RGE au niveau d’un générateur de vapeur. EDF a alors été contraint de faire fonctionner le réacteur pendant une période prolongée à puissance intermédiaire.

Le 10 juillet 2017, EDF a identifié un risque de ne pas atteindre un niveau de puissance suffisant (supérieur à 92 % de la puissance nominale) avant l’annulation du crédit K à la date calculée du 21 juillet 2017. EDF a alors décidé de mettre en application de nouvelles modalités de calcul du crédit K en s’appuyant sur les études valorisées dans le rapport de sûreté du réacteur. L’ASN a considéré que ces nouvelles modalités n’étaient pas conformes aux RGE et a demandé des éléments de justification.

Lors d’une inspection menée le 12 octobre 2017, l’ASN a examiné les conditions de redémarrage du réacteur n° 1 après l’arrêt fortuit de février 2017. Lors de cette inspection, après examen des éléments présentés, l’ASN a rappelé à EDF que l’événement se rapportant à un écart dans l’application d’une condition permanente d’exploitation définie dans les spécifications techniques d’exploitation des RGE, son classement de base s’établit au niveau 1 de l’échelle INES.

Compte tenu du non-respect d’une condition permanente d’exploitation définie dans les spécifications techniques des RGE, cet événement est classé par l’ASN au niveau 1 de l’échelle internationale des évènements nucléaires INES, qui en compte 7.

Pour en savoir plus :

 ____________________________________

[1] Le phénomène d’interaction entre la pastille et la gaine du combustible limite les durées de fonctionnement à puissance intermédiaire. Ce phénomène est pris en compte par l’intermédiaire d’un « crédit K », paramètre compris entre 0 et 160 et évalué de manière journalière dès lors que la puissance du réacteur est comprise entre 2 % et 92 %. Lorsque le crédit K devient nul, la puissance du réacteur doit être amenée à un niveau supérieur à 92 % ou inférieur à 2 % jusqu’à disparition des causes externes limitant la puissance.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie