Non respect de la conduite à tenir prescrite par les règles générales d’exploitation à la suite de l’absence de réalisation d’un essai périodique sur un groupe électrogène de secours.

Publié le 02/12/2009

Centrale nucléaire de Civaux Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Le 3 septembre 2009, alors que le réacteur n°2 du CNPE de Civaux était en cours de redémarrage à la suite de son arrêt programmé pour maintenance et rechargement du combustible, EDF a constaté qu’un essai périodique d’un matériel important pour la sûreté n’avait pas été réalisé. Cet essai permet de vérifier, tous les quatre arrêts, le bon comportement d’un groupe électrogène de secours lorsque les alimentations électriques externes sont coupées et qu’une pompe fonctionne.

La règle d’essai, validée par l’ASN, précise que cet essai doit être réalisé lorsque la cuve du réacteur est ouverte. Or, lorsque l’absence de réalisation de l’essai a été détectée, la cuve avait déjà été refermée, ce qui empêchait la centrale de tester son groupe électrogène dans les conditions prévues.

L’essai n’ayant pas été réalisé, le bon fonctionnement du groupe électrogène de secours ne pouvait pas être garanti. Le site aurait dû, en application des règles générales d’exploitation (RGE), baisser la puissance du réacteur sous trois jours. A la suite d’une mauvaise interprétation des RGE, le site a poursuivi les actions de redémarrage du réacteur et a informé l’ASN de son souhait de réaliser l’essai selon un autre mode opératoire que celui prescrit par la règle d’essai.

L’absence de réalisation de cet essai dans l’état de réacteur prévu serait due à une erreur de programmation de l’essai périodique dans l’outil informatique prévu à cet usage.

Un contrôle a été réalisé afin de s’assurer de la réalisation de tous les essais prévus en 2009 lors de l’arrêt des deux réacteurs. Aucun autre écart n’a été détecté.

 Cet événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel, sur l’environnement et sur la sûreté de l’installation. Toutefois, en raison d’un non respect des règles générales d’exploitation, l’événement a été classé au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie