Non-respect des règles générales d’exploitation

Publié le 15/10/2021

Centrale nucléaire de Gravelines Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 17 septembre 2021, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à un non-respect des règles générales d’exploitation lors d’une intervention de maintenance sur des robinets du système RCV du circuit primaire  du réacteur. 

Les règles générales d’exploitation sont un recueil de règles approuvées par l’ASN qui définissent les conditions d’exploitation pour chaque état du réacteur et les prescriptions de conduite associées. Pour intervenir sur le circuit primaire du réacteur, plusieurs étapes successives sont nécessaires allant de la baisse de la température et de la pression du circuit jusqu’à la déconnexion des pompes qui assurent la circulation de l'eau dans le réacteur.

Le 14 septembre 2021, le réacteur était à l’arrêt afin de réaliser une opération de maintenance sur des robinets du système RCV. L’intervention sur ces robinets nécessite de déconnecter une des trois pompes qui assure la circulation de l’eau dans le circuit primaire. Après en avoir reçu l’autorisation, les intervenants ont procédé au désaccouplement de la pompe. Toutefois cette opération, qui a eu pour effet de rompre l’intégrité du circuit primaire, ne pouvait pas être réalisée dans l’état dans lequel se trouvait le réacteur. Il y a donc eu un non-respect des règles générales d’exploitation.

En cas de perte du système de refroidissement du réacteur à l’arrêt, une remontée en pression aurait été nécessaire pour refroidir le réacteur. Cependant, avec une pompe désaccouplée, l’étanchéité du circuit primaire n’aurait pas été assurée, entraînant une fuite dans le bâtiment réacteur.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement. Toutefois, l’événement ayant affecté la fonction de sûreté liée au confinement du réacteur, il a été  classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

L’autorisation pour réaliser le désaccouplement n’aurait pas dû être délivrée dans le domaine d’exploitation dans lequel se trouvait le réacteur. Une analyse par l’exploitant est en cours pour en connaître les causes.

Date de la dernière mise à jour : 19/10/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie