Non respect des règles d'exploitation

Publié le 16/02/2004

Centrale nucléaire de Paluel Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 21 novembre 2003, dans le cadre de la réalisation d'un essai périodique sur le réacteur n°1 de la centrale de Paluel, la deuxième voie du système de ventilation de l'espace entre les deux enceintes de confinement du réacteur a été rendue indisponible alors que la première voie était déjà indisponible. Les règles générales d'exploitation demandent que les deux voies du système soient disponibles pour la réalisation de l'essai. L'industriel n'a pas respecté cette condition d'exécution de l'essai.

Le système de ventilation de l'espace entre la double enceinte de confinement du réacteur permet de maintenir en permanence, entre ces deux enceintes, une dépression suffisante pour éviter, en cas d'accident, les fuites éventuelles à travers l'enceinte extérieure et s'opposer ainsi à tout transfert direct dans l'environnement de l'air contaminé de l'enceinte intérieure.

Les règles générales d'exploitation imposent de réaliser des essais périodiques sur tous les matériels importants pour la sûreté. Ces essais sont des contrôles techniques qui ont pour but de s'assurer que le matériel est disponible, c'est-à-dire capable d'assurer les objectifs qui lui sont assignés avec les performances requises. Les règles générales d'exploitation fixent également les conditions d'exécution des essais et d'analyse de leurs résultats.

Le 21 novembre 2003, la réalisation de l'essai périodique sur la première voie du système de ventilation de l'espace entre les enceintes a mis en évidence des défauts matériels qui ont conduit l'exploitant à déclarer cette voie indisponible. Malgré tout, l'exploitant a poursuivi l'essai périodique sur la deuxième voie du système sans procéder à la réparation des matériels en défaut sur la première voie. Il aurait dû restaurer la disponibilité de la première voie du système avant de procéder à l'essai périodique sur la deuxième voie, comme le prévoit les règles générales d'exploitation.

Cet incident n'a pas eu de conséquences sur l'environnement, ni sur la santé des travailleurs ou du public. Néanmoins, en raison du non-respect des règles d'exploitation, il est classé au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires (INES).

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie