Non-respect des conditions de rejet des effluents radioactifs gazeux à la cheminée du bâtiment des auxiliaires nucléaires commun aux réacteurs 4 et 5

Publié le 22/04/2022

Centrale nucléaire du Bugey Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 15 avril 2022, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour l’environnement relatif au non-respect des conditions de rejet des effluents radioactifs gazeux à la cheminée du bâtiment des auxiliaires nucléaires (BAN) commun aux réacteurs 4 et 5 de la centrale nucléaire du Bugey. Cette déclaration a été complétée le 21 avril 2022.

En fonctionnement normal, deux décisions de l’ASN encadrent les rejets dans l’environnement des effluents radioactifs de la centrale nucléaire du Bugey. Elles fixent notamment un seuil à 4 MBq/m3 pour la suspension des rejets radioactifs gazeux par la cheminée du BAN des réacteurs 4 et 5. Afin de détecter l’atteinte de ce seuil, l’activité des gaz rejetés à la cheminée du BAN est contrôlée en continu via deux chaînes de mesure redondantes équipées d’alarmes reportées en salle de commande.

Le 14 avril 2022, alors que le réservoir de collecte des effluents primaires commun aux réacteurs 4 et 5 était en cours de remplissage, l’alarme relative au dépassement du seuil réglementaire de 4 MBq/m3 à la cheminée du BAN est apparue. L’exploitant a alors arrêté les opérations de transfert d’effluents dans ce réservoir. Le seuil de 4 MBq/m3 a été dépassé à deux reprises : une première fois de 06h52 à 06h56 puis une seconde fois de 07h13 à 07h17.

Les investigations menées par EDF ont mis en évidence que ces dépassements étaient la conséquence de l’ouverture de la soupape du réservoir de collecte des effluents primaires des réacteurs 4 et 5. L’exploitant a mis en place une surveillance renforcée des paramètres de ce réservoir afin d’éviter le renouvellement de l’événement.

La valeur maximale relevée sur les chaînes de mesure de la cheminée du BAN a été de 27 MBq/m3. L’activité totale en gaz rares rejetée à la cheminée durant les deux périodes de dépassement a été évaluée à 437 GBq. La limite réglementaire concernant le débit moyen d’activité en gaz rares sur 24 heures à la cheminée du BAN et celle relative l’activité annuelle en gaz rares rejetée ont été respectées.  

La surveillance de la radioactivité réalisée dans l’environnement autour de la centrale nucléaire n’a mis en évidence aucune élévation de l’activité ambiante.

Cet événement n’a eu aucune conséquence sur le personnel ou sur la sûreté de l’installation. En raison du non-respect des conditions de rejet des effluents radioactifs gazeux, il a été classé au niveau 0 de l’échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 22/04/2022

Classement de l’incident (INES)

Niveau 0

Écart