Non respect de spécifications techniques d'exploitation

Publié le 24/12/2002

Centrale nucléaire de Flamanville Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Les 16 septembre, 8 octobre, 9 novembre et 24 décembre 2002, lors des opérations de mise à l'arrêt des réacteurs pour rechargement en combustible ou maintenance, la vitesse maximale de refroidissement du pressuriseur prescrite par les spécifications techniques d'exploitation n'a pas été respectée.

Le pressuriseur est un réservoir cylindrique, d'axe vertical, dont le fond communique avec une des principales tuyauteries du circuit primaire. Il contient, lorsque le réacteur est en fonctionnement, de l'eau sous forme liquide dans sa partie inférieure et sous forme vapeur dans sa partie supérieure.

Lors des opérations de mise à l'arrêt du réacteur, la pression et la température du circuit primaire sont abaissées afin de permettre l'ouverture du circuit pour le rechargement du réacteur ou la réalisation d'interventions sur des matériels. Afin d'éviter des sollicitations thermiques susceptibles d'engendrer des phénomènes de fatigue thermique du métal constituant le pressuriseur, des vitesses de refroidissement et de chauffe sont prévues par les spécifications techniques d'exploitation.

La procédure appliquée par les opérateurs pour remplir et homogénéiser le pressuriseur a conduit à des variations rapides de température supérieures aux vitesses prescrites par les spécifications techniques d'exploitation. Ces dépassements n'avaient pas été détectés.

Ces écarts ont été mis en évidence le 17 janvier 2003 par une analyse a posteriori des relevés de température dans le pressuriseur à la suite de la déclaration par les centrales EDF du Tricastin et de Penly du même incident.

En raison de la faible amplitude des variations de température, ces dépassements ne mettent pas en cause la résistance à la pression du pressuriseur. Ils ont de plus été pris en compte lors de la conception de l'installation.

En raison du non-respect à plusieurs reprises d'une limite des spécifications techniques d'exploitation sur plusieurs réacteurs sans que l'écart ait été détecté immédiatement, et de l'utilisation d'une procédure inadéquate, l'Autorité de sûreté a décidé de reclasser cet incident au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie