Non-respect de la limite d’insertion des grappes de régulation du réacteur

Publié le 11/04/2018

Centrale nucléaire du Tricastin Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 9 avril 2018, l’exploitant de la centrale nucléaire du Tricastin a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un évènement significatif pour la sûreté relatif au non-respect d’une exigence des spécifications techniques d’exploitation (STE) concernant la limite d’insertion de grappes de régulation de puissance sur le réacteur 1.

Dans les réacteurs du parc nucléaire exploité par EDF, le contrôle de la réaction nucléaire du cœur du réacteur se fait par deux moyens principaux :

  • l’ajustement de la concentration de bore dans l'eau du circuit primaire, le bore ayant la propriété d'absorber les neutrons produits par la réaction nucléaire,
  • l’introduction les grappes de commande dans le cœur ou les en retirer, ces grappes de commande contiennent des matériaux absorbant les neutrons.

II convient, en marche normale du réacteur, de maintenir certaines grappes à un niveau suffisant, fixé par les spécifications techniques, d'une part pour que leur chute puisse étouffer efficacement la réaction nucléaire en cas d'arrêt d'urgence, d'autre part pour assurer une bonne répartition du flux de neutrons.

Le 29 mars 2018, le réacteur 1 de la centrale nucléaire est rentré dans la phase dite de prolongation de cycle : cette phase, qui peut durer quelques semaines, permet de continuer à extraire de l’énergie du combustible nucléaire alors que celui-ci est partiellement épuisé. Lors de cette phase, les spécifications techniques d’exploitation imposent de maintenir en position 2018haute certaines grappes de régulation en raison de la faible concentration en bore du circuit primaire.

Le 5 avril 2018, EDF devait réaliser un essai de bon fonctionnement sur certains matériels du réacteur 1 de la centrale nucléaire du Tricastin : cet essai nécessitait de réaliser une baisse de la puissance du réacteur. Malgré la préparation de l’activité, les équipes de conduite d’EDF ont réalisé cette baisse de puissance en insérant dans le cœur un groupe de grappes de régulation, alors qu’ils auraient dû augmenter la concentration en bore du circuit primaire.

Cet écart a été identifié par l’ingénieur de sûreté d’EDF lors de son évaluation quotidienne de l’état de sûreté du réacteur. Dès la détection de l’écart, le groupe de grappes concerné a été ramené dans la position requise par les spécifications techniques d’exploitation.

Ces grappes sont cependant restées insérées pendant environ deux heures dans une position inadéquate, alors que les règles générales d’exploitation imposent, pour une telle situation, un arrêt du réacteur dans un délai d’une heure.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, sur l’environnement ou sur les travailleurs. Cependant, en cas de survenue d’un événement nécessitant l’arrêt automatique du réacteur, ce groupe de grappes de régulation aurait eu une efficacité réduite.

En raison du non-respect des spécifications techniques d’exploitation, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie