Non-respect de la conduite à tenir prévue par les règles générales d’exploitation sur le réacteur 1

Publié le 22/12/2021

Centrale nucléaire de Paluel Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 13 décembre 2021, EDF a déclaré à l’ASN un événement significatif relatif au non-respect de la conduite à tenir prévue par les règles générales d’exploitation du réacteur 1 concernant la durée d’indisponibilité d’un capteur du circuit d’eau brut secourue.

Les règles générales d’exploitation sont un recueil de règles approuvées par l’ASN qui définissent le domaine autorisé de fonctionnement de l’installation et les prescriptions de conduite des réacteurs associées. Elles prescrivent notamment les délais maximums de réparation en cas d’indisponibilité des systèmes requis pour assurer la sûreté des réacteurs.

Le circuit d’eau brute secourue sert à refroidir un autre circuit, appelé circuit de refroidissement intermédiaire, qui assure le refroidissement des matériels importants pour la sûreté du réacteur. C’est un circuit dit « de sauvegarde » constitué de deux lignes redondantes, comportant chacune deux pompes et deux échangeurs. Il fonctionne en permanence, même lorsque le réacteur est à l’arrêt, afin d’assurer, entre autres, le refroidissement de la piscine de stockage du combustible. Ce circuit permet également l’évacuation, via le circuit de refroidissement intermédiaire, de la puissance résiduelle du combustible dans certaines situations post-accidentelles (accident de perte de réfrigérant primaire, rupture de tuyauterie vapeur) et lors de certaines phases d’arrêt du réacteur  (maintien en arrêt à froid du réacteur).

Le 9 décembre 2021, l’exploitant a constaté la défaillance d’un capteur de débit d’une pompe du circuit d’eau brute secourue. Dans cette situation, les règles générales d’exploitation spécifient de remettre en conformité le capteur sous un délai de 24 heures. En raison de difficultés d’approvisionnement d’une pièce de rechange, les opérations de réparation n’ont pas permis de respecter ce délai et le capteur a été indisponible durant 38 heures.

Cet évènement n’a pas eu de conséquence pour les personnes et l’environnement. Néanmoins, en raison du non-respect des règles générales d’exploitation, cet événement a été classé au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires (INES).

L’analyse de cet évènement devra néanmoins s’attacher à comprendre les raisons de l’absence de pièces de rechange disponibles, et déterminer les actions visant à éviter le renouvellement de cet écart.

Date de la dernière mise à jour : 22/12/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie